Effet Bilbao provençal

 
focus-archi-architecture-actualite-effet-bilbao-01.jpg

Plate-forme culturelle novatrice, le parc des Ateliers à Arles continue son petit bonhomme de chemin. La tour torsadée de Frank Gehry sera inaugurée au printemps 2020.     

En pariant sur le couple tourisme-culture et son emblème Guggenheim en titane-verre-calcaire, l’ancien bastion industriel du Pays basque espagnol a réussi sa reconversion. On parle depuis d’«effet Bilbao» (Focus Archi 9, pp.20-21, juin-juillet-août 2016). Celui-ci doit beaucoup à l’architecte star Frank O. Gehry. Beaucoup s’essaient à imiter le modèle: beaucoup d’appelés et, en somme, très peu d’élus. En Provence ouvrant sur la Camargue, Arles affichait un profil semblable, mais c’était son statut de ville rurale endormie qui faisait fuir autochtones et visiteurs hors saison. Sans trop grande prise de risque, l’ancienne capitale provinciale de la Rome antique a fait appel notamment au même Gehry pour reprendre des couleurs et raviver son économie.   

Tornade d’acier

Début de ce XXIe siècle, la Fondation Luma voit le jour en Suisse, soutien prolixe et révélateur d’artistes novateurs et de satellites indépendants des arts visuels: photo, édition, docus et multimédia. Dix ans plus tard, le projet de la grande collectionneuse-mécène Maja Hoffmann – héritière de l’empire pharma Hoffmann-La Roche – rebondit à Luma Arles. Le projet qui a bénéficié de 150 millions € a investi le parc des Ateliers aux 10 ha, ex-site SNCF abandonné en 1986 et proche de vestiges civilisationnels inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. En 2020 et non plus à l’été 2019, la plateforme culturelle expérimentale disposera de son emblème, un centre ressource conçu par Gehry.

Plusieurs bâtiments industriels (Grande Halle, halle des Forges, de la Mécanique Générale, …) ont été réhabilités en galeries d’art par les New-Yorkais de Selldorf Architects. Le parc public a été dessiné par le bureau d’architecture paysagère de notre compatriote Bas Smets. Entre-temps, revêtue de tuiles en aluminium réfléchissantes, la tour torsadée (56 m) du Pritzker 1989 y prend forme. Elle est formée d’un noyau en béton avec une structure en acier. Boîtes en verre et panneaux d’alu brillant sont empilés autour, formes irrégulières surplombant un atrium de verre circulaire. Sa date d’ouverture a été repoussée au printemps 2020. Cette conception fait écho aux formations rocheuses escarpées proches qui inspirèrent le peintre impressionniste Van Gogh en 1888.

© F. O. Gehry/Luma Arles/H. Hôte

Par Philippe Golard


 
ActuMarieCh