Etranges architectures

 
Focus-archi-magazine-architecture-VCallebaut-Archi-ND-Paris.jpg

Cet art de bâtir très singulier est aussi belge


Au quatre coins du globe, l’architecture folle a de très beaux jours devant elle. Petits-enfants du surréalisme, les architectes belges ne sont pas les derniers dans cette discipline, de Vincent Callebaut Architectures à NGLab Architects & Engineers.

La Chine a des spécimens particuliers d’architecture insolite à faire valoir: immense gratte-ciel doré rond percé d’un trou au centre à Guangzhou; bottine Vuitton en guise de magasin phare de la marque de luxe à Shanghai; siège du radiodiffuseur d’Etat en forme de caleçon-boxer à Pékin. Mais des Belges comme NGLab Architecs & Engineers enrichissent en ce moment la discipline. Les prochains JO d’hiver se dérouleront ainsi en février 2022 dans la capitale chinoise. D’une part à Shougang, l’un des plus grands ex-sites industriels chinois en reconversion, sur l’axe reliant 6e ring et place Tian’anmen. D’autre part, dans les régions montagneuses relativement proches du N.-O. de la capitale chinoise.

Les Belges, à bord

Dans leurs préparatifs, le bureau belge basé à la fois à Beijing et Dorine-Spontin vient de boucler la mue de 7.000 m2 de silos groupés par deux dans les 3 km2 au nord du site de Shougang. Ils serviront désormais de siège tertiaire pour le comité organisateur des JO 2022. Plutôt qu’une cantine, leur galerie perchée à 30 m accueille notamment terrains de basket et ping-pong. Non loin, signée également par NGLab Architects & Engineers, la future piste de saut acrobatique snowboard big air est déjà en cours d’érection, au voisinage de quatre tours de refroidissement d’une centrale électrique abandonnée.   

«Je propose de les reconvertir toutes, l’une en temple œcuménique et les trois autres successivement en lieu wellness, galerie d’art circulaire autour d’une rampe à spirale et un dernier projet plutôt lobby-horeca», détaille Nicolas Godelet, fondateur de NGLab Architects & Engineers. A ce stade, seul le projet d’espace méditatif pluriel a reçu le feu vert, mi-juillet dernier. Qu’une tour de refroidissement soit promise à une telle nouvelle existence est jusqu’ici sans aucun précédent dans le monde. Enfants du surréalisme, d’autres architectes belges font montre de leur don, comme Vincent Callebaut Architectures .

Sa notoriété est née de ses étranges propositions de villes végétalisées à l’horizon 2050. Le Louviérois est l’un des candidats déclarés au futur concours international d’architecture visant à reconstruire N.-D. de Paris, ravagée par le spectaculaire incendie d’avril dernier. Partant de la «forêt» – surnom de la grande charpente médiévale entièrement détruite –, le Belge propose un projet parmi les plus remarqués et commentés du moment. Ce visionnaire a en effet étudié et retenu une toiture futuriste au jardin entre aquaponie et permaculture.

Très déroutants

Parmi les projets les plus déroutants du moment figure un projet à Astana de gratte-ciel à 75.000 m2 mixed-use en forme de drapeau kazakh servant aussi de pont public. A Shanghai, l’hôtel luxe adossé à une paroi d’ex-carrière excavée en Chine n’est pas des plus habituels non plus. Et que dire de ce très récent projet de piscine signé par la firme Compass Pools: elle la voit évidemment à débordement mais, première mondiale, cette fois sur quatre côtés et dotée d’une unique entrée sous forme de sas de sous-marin, juchée en toiture d’un gratte-ciel emblématique de Londres à encore élire… A Bangkok, le gratte-ciel pixellisé MahaNak, signé par Ole Scheeren Büro, est l’actuel 2e plus haut bâtiment thaï. Jusque-là rien d’extraordinaire.

Mais ses 77 étages sont partiellement déstructurés par des découpes cubiques en façades. Au sommet, le panoramique public dispose d’une plate-forme verre en porte-à-faux pour admirer capitale et activités humaines 314 m plus bas. A San Francisco, la tour Mira a l’extérieur tordu et fragmenté Aux 392 condominiums luxe et dessinée par le studio Gang, cette tour affiche elle des espaces vitrés en saillie formant des pièces supplémentaires, ancrées dans des directions différentes et avec balcons ouvrant sur la baie, son pont et la célèbre ville de Californie. Sur sa côte S.-O., Taïwan dispose lui plutôt d’une chapelle nuptiale verre-acier unique au monde, en forme de haut talon géant servant de décor exclusivement extérieur aux séances photo d’après-cérémonie. (Ph. G)

Plus dans notre dossier ‘Architectures insolites’ > magazine Focus Archi n°22 tout juste paru 

© VCallebaut Architectures (N.-D. de Paris); NGLab (silos-siège JO2022)

Par Philippe Golard

Focus-archi-magazine-architecture-Shougang-Silos-NG-LAb.jpg

 
ActuEléonore Cucca