Namur, bouleversements en vrac

 
Focus-archi-magazine-architecture-Flagey-wallon.jpg

AAO, Samyn, 3XN et BEE Architect, Montois, du beau monde…


L’honorable capitale politique wallonne n’en finit plus de se métamorphoser tant à la confluence Sambre-Meuse que sur ses coteaux et banlieues proches. Grands noms et bureaux plus modestes s’y partagent programmations ambitieuses et nombreux marchés publics juteux.

Contre la gare-dalle multimodale trains-bus (Ney&Partners + Eurogare) à venir, 39.000m2 baptisés AXS Namur vont bientôt y faire surgir hôtel urbain, kots et bureaux. Le bureau bruxellois Montois Partners Architects en est le concepteur. Le complexe épousant les courbes ferroviaires de la ‘Courgette’ voisinera du tertiaire passif érigé à la place de l’ancien tri postal (Jaspers-Eyers Architects).

Non loin, le tout premier nouveau quartier entièrement érigé depuis l’entre-deux-guerres bouleversera l’ancien quartier militaire des Lanciers. Outre le futur nouveau palais de justice (2025) dû à l’association ADP2, on  y trouvera pêle-mêle logements, brasserie, bibliothèque publique, musée, halle maraîchère et parc public (DDS+/AAO/Qbrik/Eole). A côté, les trois tours SPF Finances sont promises à l’arasement (écho ‘Visages nouveaux namurois’>FA web).

Sur l’îlot Rogier juste à côté, Architectes Associés et pHD signent la mue de l’ex-grand manège rattaché à la même caserne Ier Lanciers. Aux volumes identifiables maçonneries anciennes-béton apparent, il en ira d’un soufflé inséré dans enceinte et gabarits existants conservés de l’ancien lieu martial. Aux caractéristiques n’ayant rien à envier au studio 4 Flagey du concours reine Elisabeth, ce «Flagey» wallon va accueillir salle de concert à 800 places, Conservatoire de Namur aux 1.600 élèves et locaux associatifs.

Pointures

Le prestigieux bureau Philippe Samyn & partners s’occupe lui à la fois du Delta, future maison de la culture offrant plusieurs salles plutôt dédiées aux arts de la parole, et du campus provincial de Salzinnes devant réunir quelque 500 fonctionnaires aujourd’hui éparpillés dans tout Namur. Ce campus provincial MAP est la plus novatrice des mues en cours, tout en tenant compte de la grande barre voisine signée Roger Bastin. Equipée de bureaux et d’ateliers, cette cité administrative à livrer à l’été 2020 sera sur pilotis et zéro énergie, à orientation étudiée. Sa structure poteaux-poutres en résine métallique est en cours de montage.

La plus futuriste des métamorphoses namuroises n’apparaîtra que fin 2021: un port numérique au Grognon, à la confluence Sambre-Meuse, avec promenade esplanade en 5e façade, le tout signé par BEE Architect, JNC International et les Danois de 3XN dont l’aménagement de lieux publics à haute valeur symbolique est le cœur de métier. L’association a emporté ce marché concept & build face aux starchitectes Dominique Perrault et Rudy Ricciotti. Le chantier devrait débuter en août. Non loin, on parle aussi beaucoup des extensions du Parlement wallon (AAO+Greisch), du câble urbain Namur-citadelle (Contraste Architecture), du casino-resort à 20 millions € (bureau Henri Garcia), ainsi que la résidentialisation des coteaux namurois proches: Erpent, Bouge-Poteresse, St-Servais (Asty Moulin. AAO), Belgrade.

Plus dans notre dossier ‘Métamorphoses namuroises’ > magazine Focus Archi n°22 tout juste paru 

© Architectes Associés+pHD (Flagey wallon);  AAO (Asty Moulin)

Par Philippe Golard

Focus-archi-magazine-architecture-Namur-AAO-Asty-Moulin.jpg

 
ActuEléonore Cucca