Nouvelles scènes culturelles

 
Focus-Archi-magazine-archi cc Theux Artau.jpg

Projets culturels mammouths


En ruralité verviétoise, Theux aux trois gares disposera bientôt d’un centre culturel à forte connotation de couteau suisse. Le bel objet a été conçu par le bureau malmedien Artau. Aubel affiche des prétentions similaires, cette fois en association momentanée. Mais d’autres villes wallonnes pourront également compter sur de nouveaux atours dédiés à la culture tous azimuts: Stavelot, Nivelles ou encore Lessines.

Entre Pépinster et Spa, Theux (vidéo 1’21’’) est célèbre pour sa forteresse médiévale classée patrimoine exceptionnel de Wallonie élevée sur un éperon rocheux. C’est de là que partirent 600 Franchimontois décidés à secourir Liège assiégée au XVe siècle par Louis XI et Charles le Téméraire. Aux trois gares, cette entité rurale de l’arrière-pays verviétois dispose d’une friche en centre-ville à proximité immédiate de l’arrêt de Juslenville, stade, hall omnisports et terrains de tennis. Là, un nouveau centre culturel polyvalent installera ses pénates ultramodernes, caractérisées par la modularité, l’ultra-flexibilité et un côté très couteau suisse. L’auteur de projet est le bureau malmedien Artau Architectures, désigné à l’automne dernier lauréat du concours européen d’architecture lancé en 2016.

Projets mammouths

Flanquée d’une petite salle de 100 places, d’un balcon et d’un patio à jauges adaptables, la salle principale de 400 places assises sera modulable. Son plateau scénique ascendant-descendant peut s’adapter à tous types de spectacle proposés: théâtre, danse, répétitions, représentations scolaires diurnes, spectacles jeunes publics, …. Les gradins sont dépliables (ou pas). Sans concurrencer fêtes diverses, bals, soupers caritatifs ou sportifs laissés aux salles de comités existantes, la palette d’occupations possibles a été calibrée en la couplant à des capacités énergétiques et de maintenance différentes, à la demande. Pour l’heure, les premières esquisses d’Artau Architectures sont retravaillées et sans doute modifiées pour coller au plus près du projet theutois pesant 3,5 millions €, financés sur fonds propres. Sur le plateau hervien, permis en poche, Aubel a les mêmes prétentions. Le budget aubelois voisine 3,6 à 3,9 millions €, sur fonds de réserve+emprunts.

Cette fois, la  conception de 1.800 m2 est signée par l’association momentanée Atelier d’architecture JP Donea et bureau d’architecture Roger Garsoux. Chantier de deux années, ce nouveau centre socio-culturel aubelois constitue la priorité avant-gardiste de la mandature 2019-24 et remplacera les locaux de l’ex-école communale faisant office, obsolètes. Son adjudication est attendue courant 2019 (septembre?), et devrait alors accueillir à l’été 2021, outre la salle de spectacles, bibliothèque, ludothèque, académie de musique, ateliers et harmonie, locaux scouts sécurisés. Stavelot, Nivelles et Lessines ont leurs propres projets respectifs: nouvelle salle culturelle domiciliée dans l’abbaye, ex-aile Belgacom (Bureaux V+/NORD + Greisch); mise aux normes du Wauxhall et remplacement de la scène principale; en attente de l’appel à projets, reconversion du moulin Williame pour 3,6 millions € en formule club + salle modulable jusqu’à 700 places.

© Artau Architectures (Theux); CCRM (esquisse)

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-archi Moulin Williame CCRM.jpg

 
ActuMarieCh