Bauhaus d’inspiration belge

 
Focus-Archi-magazine-archi-Bauhaus-Gropius.jpg

Henry Van de Velde, rôle méconnu mais déterminant


Cette année 2019 commémore le centenaire du mouvement esthétique révolutionnaire allemand, qui s’installera successivement à Weimar, Dessau et Berlin avant d’être interdit par les nazis. Formes pures, équilibre, volumes et couleurs y renversent symétrie, masses et ornements exubérants submergeant Art Nouveau et académismes en vogue à l’époque.

Au départ de son école des arts décoratifs fondée à Weimar au tournant du XIXe siècle, le Belge germanophile et internationaliste Henry van de Velde veut, avec d’autres, transformer la patrie de Goethe, Liszt et du poète Schiller en l’un des principaux centres artistiques et intellectuels d’Europe. Une partie des racines du Bauhaus y est ancrée puisque son séminaire fusionné avec l’école des Beaux-arts d’en face donnera naissance au plus important mouvement artistique allemand du XXe siècle successivement installé à Weimar, Dessau et Berlin avant d’être interdit par les nazis.

Révolutionnaire

Ses successeurs Walter Gropius et Ludwig Mies van der Rohe doivent beaucoup au décorateur-architecte autodidacte, fondateur de La Cambre-Ensav (1926) sur le site abbatial éponyme à Bruxelles, qui plaçait l’architecture au-dessus de toutes les disciplines. Même si van de Velde – dont le Fonds HVDV est conservé à la Cambre – est davantage connu outre-Rhin qu’ici, ses apports pédagogiques, encore largement à découvrir selon ses exégètes, ont été déterminants dans l’essor du mouvement qui essaima jusqu’en Palestine-Israël. Cette année 2019 commémore le centenaire du mouvement esthétique révolutionnaire (vidéo YouTube, 8’30’’).

Formes pures, équilibre, volumes et couleurs y refoulent symétrie, masses et ornements exubérants entre autres de l’Art Nouveau et de l’académisme ambiant. Emancipateur et ouvert aux femmes et étrangers, le légendaire laboratoire avant-gardiste annonce une nouvelle ère de l’architecture, des arts décoratifs et de l’artisanat à égalité au seuil des années vingt. Actuellement en tournage, la minisérie historique ‘Die neue zeit réalisée par Lars Kraume et mettant en scène Gropius et son élève Dörte Helm sera diffusée à l’automne, notamment par la chaîne franco-allemande Arte. Plus dans notre article «Bauhaus et Belgique» à lire dans Focus Archi 21, tout juste paru.

©  Unesco; Arte-ZDF Bauhaus100 ; Ph.G.

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-archi-serie-Bauhaus.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-Ensav-La-Cambre.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-bauhaus100.jpg