Hommage à la vision architecturale du Corbusier

 
FOCUSarchi-vision-architecturale-du-corbusier-maquette.jpg

La vision et l'approche architecturale du Corbusier sont
source d'inspiration pour ARTE


Le Corbusier, architecte et urbaniste franco-suisse, est né le 6 octobre 1887 sous le nom de Charles-Édouard Jeanneret-Gris. Son dynamisme lui a permis de hisser sa carrière au-delà de la simple architecture, puisqu’il s’était fixé comme objectif d’aider les gens dans le processus du ‘savoir habiter’. Le Corbusier voyait l’unité entre extérieur et intérieur, et sa vision architecturale englobait dès lors l’habitat dans sa totalité. Une approche qui lui valut le titre d’«architecte du vingtième siècle».

FOCUSarchi-vision-architecturale-du-corbusier-papier-peint.jpg

Son œuvre marquante et sa pensée ont incité l’entreprise belge ARTE, réputée sur le plan international pour ses papiers peints créatifs et qualitatifs, à lancer au début de cette année une collection en hommage au Corbusier. Dans sa période tardive, Le Corbusier a réalisé un ouvrage en Belgique, le pavillon Phillips pour l’exposition universelle de Bruxelles en 1958, que l’on ne peut malheureusement plus admirer aujourd’hui.
Le Corbusier était bien plus que simplement un architecte. Il a aussi laissé en héritage bon nombre de projets de meubles et de papiers peints.
Le lien entre la vision d’Arte en matière de papiers peints et la pensée du Corbusier tient également dans le fait que le célèbre architecte croyait fermement en une collaboration étroite entre architectes, ingénieurs, créateurs industriels et artistes. C’était absolument inédit en Europe. Le Corbusier était de surcroît convaincu des énormes possibilités de la production mécanique en série.  


Polyvalence de la standardisation

Le Corbusier était obsédé par l’ordre dans la nature. Il cherchait fiévreusement des structures rationnelles, des matériaux simples et une certaine standardisation, une quête qui trouve son origine dans la doctrine ascétique et harmonieuse de l’« Orphisme ». Le Corbusier menait une vie monacale et pouvait se retirer dans la solitude pendant des heures.
Son obsession de la structure et de la standardisation a donné naissance à une palette de matériaux et de couleurs standard. Au départ, sa palette de couleurs architecturales, baptisée ‘Polychromie architecturale’, suscita l’étonnement, mais elle jouit aujourd’hui encore d’une grande considération. Il composa un premier clavier de couleurs en 1931, puis un second en 1959. Sa théorie des couleurs était fondée sur un petit nombre de nuances chromatiques et leurs dérivés esthétiques. Il publia à chaque fois un clavier de couleurs baptisé ‘Salubra’. Le premier, très puriste, comptait 43 nuances. Le second, de 1959, reposait sur 20 tons de base. Sa ‘polychromie’ se composait donc finalement de 63 nuances de couleurs inédites, qui sont protégées et gérées par La Fondation Le Corbusier depuis 1968, quelques années après sa mort.
La Fondation Le Corbusier a confié à la société Les Couleurs Suisse AG le mandat universel et les droits exclusifs en vue de la protection et de la promotion des claviers de couleurs. La société belge ARTE a été autorisée à utiliser les couleurs pour la mise au point d’une collection exceptionnelle de revêtements muraux en hommage à l’architecte.
Les créateurs d’ARTE ont ainsi pu s’inspirer de l’ensemble de l’œuvre de cet homme qui est considéré unanimement comme un des principaux fondateurs du modernisme, avec un accent particulier sur le début du XXe siècle. Un défi de taille, pour lequel l’entreprise a pu compter sur l’impressionnant savoir-faire présent dans ses rangs. Des techniques et des matériaux nouveaux ont ainsi redonné vie aux concepts progressistes du Corbusier dans des revêtements muraux inédits et sensationnels dotés d’un splendide « look & feel » contemporain.


Salubra I et Salubra II

Les claviers de couleurs Salubra I (1931) et Salubra II (1959) avaient déjà constitué la base de quelques collections de papier peint par le passé. ARTE n’a jamais eu l’intention de les copier, mais plutôt de les réinterpréter dans un esprit, avec des matériaux et des techniques de production actuels, et dans le respect absolu de la pensée et de la vision du maître.
L’inspiration de la collection ‘Le Corbusier’ d’ARTE ne se limite pas à ses claviers de couleurs, mais intègre également les caractéristiques spécifiques de son immense œuvre avant-gardiste.
L’équipe créative d’ARTE a réuni sous le nom de ‘collection Le Corbusier’ cinq designs exclusifs et les unis à combiner avec ceux-ci, qui peuvent être mis en œuvre de manière universelle dans les intérieurs les plus variés et qui apportent, par les lignes de force de chacune des sous-collections, une atmosphère d’authenticité à la fois chaude et originale.  

FOCUSarchi-vision-architecturale-du-corbusier-papier-peint-collection.jpg


Le Corbusier, cinq déclinaisons

‘PAVILION’ évoque l’amour que Le Corbusier portait à l’art et aux habitations primitifs. ARTE s’est inspirée de la structure de tente du pavillon Philips de l’Expo 58 à Bruxelles et a combiné celle-ci avec des éléments organiques, imparfaits et chauds, caractéristiques de l’art primitif. ARTE est parvenue à créer un relief esthétique en jouant sur les différences de brillance dans le papier.
La façon particulière dont l’architecte traitait les fenêtres, qu’il considérait comme des perforations dans la façade influençant l’aspect des bâtiments, et plus spécialement le rythme suivant lequel il les intégrait, ont fourni la base de la sous-collection ‘UNITY’. Les concepteurs ont pris appui en particulier sur l’ensemble de fenêtres de l’‘Unité d’Habitation’ de Marseille. Le papier peint est perforé à l’aide de clous, puis coloré. Un brillant subtil confère au relief ainsi créé une dimension supplémentaire et inattendue.
Le béton armé, une constante dans l’œuvre du Corbusier, constitue la base de la sous-collection ‘STONE’. ARTE a imaginé ici une fusion avec les motifs marbrés que le maître a utilisés lui-même dans ses papiers peints. Des techniques spéciales et un mélange de textures et de matériaux donnent naissance à un revêtement mural tactile, particulièrement riche, dont la brillance et l’apparence changent selon l’angle d’incidence de la lumière.
La quatrième sous-collection répond au nom de ‘DOTS’ et évoque le motif moucheté que Le Corbusier avait appliqué en 1931 dans la collection de papiers peints pour Salubra S.A. Ce motif lui avait été inspiré par les petites perforations dans le carton qu’il utilisait souvent pour ses dessins et ses collages. ARTE est restée très fidèle au concept du Corbusier, mais lui a apporté une touche très personnelle en utilisant des techniques d’impression innovantes et une encre à relief, qui apparaît et disparaît selon les conditions d’éclairage.
Pour la cinquième sous-collection, baptisée ‘SQUARES’, ARTE s’est inspirée de la deuxième collection de papier peint du Corbusier de 1959. ‘SQUARES’ affiche de grandes surfaces blanches entourées d’une trame de petits carrés, entrecoupée à intervalles réguliers par différents éléments placés dans des positions inattendues. ‘SQUARES’ renvoie à la vision du Corbusier sur l’intégration des fenêtres dans les bâtiments. Les créatifs d’ARTE ont à cet effet examiné à la loupe le ‘Brise Soleil’ de l’Assembly Building de Chandigarh. Pour cette production, l’enseigne n’utilise pas du papier peint imprimé traditionnel, mais une structure en relief créée dans la matière en la chauffant et dotée ainsi d’un surprenant effet tridimensionnel. Le résultat visuel est tout simplement fantastique et incite irrésistiblement à toucher la matière. La combinaison des matériaux utilisés exerce par ailleurs une influence positive sur l’acoustique des espaces.
Dans sa déclinaison ‘TINTS’, la collection ‘Le Corbusier’ propose en outre treize unis, une sélection parmi les couleurs chaudes et authentiques de la ‘Polychromie architecturale’ du maître.
Après le décès du Corbusier le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin, en France, jamais plus aucune autre autorisation n’avait été délivrée en vue d’utiliser ses couleurs et ses idées dans de nouvelles collections de papiers peints ou de revêtements muraux. La société belge ARTE est néanmoins parvenue à obtenir l’accord explicite de ‘Les Couleurs Suisse AG’, preuve irréfutable de son savoir-faire reconnu dans le monde entier. Nous nous félicitons tous d’en admirer le splendide résultat.

Par Eduard Coddé