Le périph’ n’a plus la cote

 
focus-archi-magazine-architecture-New-Deal-CRA-2.jpg

Véhicules autonomes et partagés sur 35 km


La voie la plus dense du Vieux Continent se trouve à Paris. Là, le célèbre périphérique sépare centre historique et banlieues depuis la décennie ‘70. D’ici 2050, ce véritable égout à voitures pourrait être spectaculairement reconfiguré, analyse Carlo Ratti, l’une des voix mondiales de la tech architecturale adaptée au milieu urbain.

Avec ses 35 km de voies circulaires, le boulevard périphérique de Paris est le tronçon de route le plus fréquenté d’Europe. Dans une récente proposition New Deal (> YouTube, 12’ 37’’) signée par les bureaux d’architecture Seura Architectes et Carlo Rotti Associati (CRA), le célèbre périph’ parisien pourrait être réduit de moitié d’ici 2050. Pour laisser un terrain de jeu grandeur nature aux futurs véhicules autonomes, sans conducteur humain, et partagés.

L’architecte italien compte parmi les voix mondiales les plus importantes en matière de techs en milieu urbain. Il a notamment conçu un café bar robot Guido sans chauffeur. Depuis un an et demi, l’Italien tente aussi de mettre au point le système routier intelligent Anas Smart Road surveillant circulations, incidents et accidents à l’aide de drones interventionnistes.

L’A6 proche aussi

Basé à Turin, CRA s’attelle désormais à l’une des voix les plus fréquentées du Vieux Contient. Paris pourrait ainsi adapter sa rocade ceinturant son centre historique à un avenir autonome, électrique et riche en données. Ces concepts des «Routes du futur du Grand Paris» sont actuellement exposés au Pavillon de l’Arsenal (centre de la ville pour l’architecture et l’urbanisme) jusqu’à la fin de l’été 2019. La majeure partie de l’autoroute A6 proche (12 voies à réduire à 4) serait réservée à l’agriculture et la production d’énergies, en tirant parti des innovations mobilité pour créer une capitale plus inclusive.

L’équipe de conception CRA s’est ainsi appuyée sur les recherches menées au MIT Senseable City Lab que Ratti dirige. L’une d’elles postule qu’avec moins de circulation sur la route, la majorité des voies deviennent de facto un terrain de jeu reconfigurable, référence aux dalles de pavage modulaires que CRA a développées avec les labos Google. Un autre concept propose d’habiter le dessus, parant le périph’ d’immeubles résidentiels verts, autant de ponts habitables permettant de recoudre centre historique et banlieues en supprimant en partie la rocade-fracture.

© CRA/SEURA Architectes

Par Philippe Golard

focus-archi-magazine-architecture-New_Deal-CRA-1.jpg