Ottignies-LLN, au cœur de la mobilité

 
focus-archi-magazine-architecture-ecologie-gare-ottignies-01.jpg

Dix ans de chantier pour la principale gare wallonne


Avec 400 trains quotidiens et 22.000 voyageurs par jour, Ottignies-LLN constitue la première gare en fréquentation de Wallonie. A totalement remodeler d’ici 2030, ce carrefour modal veut en attirer le double en privilégiant les alternatives à l’auto-solisme. Titanesque, ce chantier va prendre dix ans: nouvelle passerelle piétonne à 3 millions € tout juste inaugurée, rehaussement des quais, nouvelle gare surélevée, parkings à étages, gare des bus revue,  … Les nouvelles mobilités de demain emprunteront cette épine dorsale, grâce à un rail sur-dopé et équipé de 4 voies du Réseau express régional-RER d’ici fin 2026.

DA l’horizon 2026-27, la mise à quatre voies RER de l’infrastructure ferroviaire en BW sera une réalité, du moins sur l’axe Bruxelles-Namur-Luxembourg (L161) entre capitale et Ottignies-LLN. L’endroit est aussi proprement stratégique puisque cette gare est la plus importante de Wallonie en jours ouvrables. 400 trains y défilent chaque jour. Aux carrefours des transports publics et d’autres modes de déplacement, ce nœud modal accueille 22.000 voyageurs quotidiens. Ils devraient être le double en 2030. C’est l’ambition des pouvoirs publics et du chantier, titanesque, livré à cet endroit de la ligne 161, programmé pour dix ans.  

 

Jusqu’ici, l’accès aux quais se faisait principalement par un couloir sous voies, accessible depuis le bâtiment gare. Surmontant le faisceau ferroviaire, objet d’un marché public et aux travaux lancés en février 2018, la nouvelle passerelle métallique de 72 m à 5 travées est opérationnelle depuis ce début du printemps, reliant gare, quartier des Villas, clinique St-Pierre et athénée. Mais Ottignies-LLN va aussi être doté d’une nouvelle gare surélevée, de nouveaux quais rehaussés, de parkings à étages et d’une nouvelle gare de bus. Objectif: doubler le pourcentage d’usagers du réseau ferré ralliant la gare en voiture, à pied, en deux-roues, etc. Soit 8,5% du potentiel aujourd’hui et 15% en 2030. Utilisant actuellement leur voiture pour la garer à proximité de la gare, près de deux tiers des usagers SNCB habitent à moins d’un km!

 Sans interruption

Assuré par Infrabel pour 2,8 millions €, le chantier inaugural de la nouvelle passerelle piétonnière a consommé douze mois, gros-œuvre comme finitions. Elle a été équipée d’escaliers et d’ascenseurs, d’équipements PMR tels que des dalles podotactiles, par exemple. Il a fallu aussi s’occuper des revêtements de sol, signalétique, éclairage, éléments de sécurité, …..En 2022, deux nouveaux escaliers et un nouvel ascenseur seront ajoutés à la passerelle. Le rehaussement des voies va encore débuter en cette année 2019. Aux études d’orientation et masterplan signés Eurogare/CREAT/REIM, la gare, elle, se trouvera in fine au-dessus du faisceau. L’ancienne passerelle béton sera démontée cet été.

Ces travaux dureront six ans, avec une gestation de 9 mois pour chaque voie à transformer, en commençant par les 4 voies extérieures. Dans cet échéancier, sans interruption du trafic, il faut en effet aussi tenir compte des travaux concernant la mise à 4 voies pour y accueillir le RER. Ce sera, en principe, pour décembre 2026. De surcroît, cette ligne sera haussée à une vitesse commerciale de 160 km/h. La relance effective des travaux RER ottintois en gare d’Ottignies est prévue pour la deuxième moitié de cette année 2019, indique Infrabel, d’abord par la partie ouest de la gare. Les travaux de génie civil nécessaires débuteront eux en 2020, suivis de l’installation d’équipements ferroviaires: signalisation, caténaires, nouvelles voies, ….

Par Philippe Golard

focus-archi-magazine-architecture-ecologie-gare-ottignies-02.jpg
focus-archi-magazine-architecture-ecologie-nouvelle-esplanade-01.jpg

© Infrabel et D.R.