Trompeusement petite

 
focus-archi-magazine-architecture-insolite-andermatt-1.jpg

Remettre Andermatt sur carte, toute l’année


D’ici 2030, combinant infrastructures, spots touristiques et immobilier de luxe, Andermatt veut être l’une des cinq destinations les plus prisées de Suisse. Le petit village alpin du canton d’Uri ne veut pas pour autant devenir une station comme Gstaad, St-Moritz ou Zermatt. Avec les Belges de Besix, studio Seilern Architects vient d’y muer un centre de conférences à moitié construit en salle de concerts spectaculairement enterrée.. 

Dans les Alpes suisses, aux pieds du tunnel St-Gothard, un entrepreneur égyptien va injecter près de 2 milliards € pour créer un projet pharaonique sur 150 ha à Andermatt, habituellement petit village d’alpage comptant moins de 1.500 âmes. Appartenant majoritairement à Samih Sawiris, ODH s’est fait une spécialité des développements à grande échelle, à l’instar de la ville balnéaire d’El Gouna sur la mer Rouge. En Suisse, avec Andermatt Swiss Alps, l’entrepreneur projette la station helvétique de ski la plus moderne de toutes, 42 résidences totalisant 500 logements dont la moitié est déjà réalisé, 6 hôtels, golf 18 trous, piscine publique couverte, centre de congrès, nouveau pôle de transports en commun, magasins et restaurants agencés autour de Piazza Gottardo.

Trente architectes ont été sélectionnés pour concourir et donner un visage à cet ASA, à l’instar du fameux trio des sœurs aînées huppées de Gstaad, St-Moritz, Zermatt. La première phase vient d’être bouclée fin 2018 (roundshot, ici). Ainsi, à 105 chambres dont certaines affichant 300 m2 sont proposées à la vente, l’un des 5 étoiles luxe est sorti de terre, géré par GHM (Singapour), l’un des leaders  du segment. Il a été dessiné par l’architecte belge Jean-Michel Gathy. Les travaux de construction de l’outil  événementiel à l’ouverture prévue au printemps dernier ont toutefois été interrompus à mi-course.

«Sac à dos» stylé

Studio Seilern Architects, au fondateur ex-directeur design de Rafael Viñoly Architects, a dû relever le gant. Sa mue du centre de congrès en salle de concert est plutôt spectaculaire, car son existence est quasi-insoupçonnable de l’extérieur. Les architectes ont résolu l’équation compliquée en soulevant la toiture et étendant vers le haut la coque en béton du centre souterrain devant intégrer l’hôtel Radisson Blu adjacent en cours d’érection. N’apparaissant au-dessus du sol que sous la forme d’un petit pavillon à la façade de verre, surmonté d'un baldaquin suspendu, ce lieu de prestige constitue désormais la première grande salle de concerts construite en station alpine suisse.  

Nécessitant d’être repoussé pour éviter des fondations supplémentaires, le balcon supérieur d’Andermatt Concert Hall a été suspendu au bâtiment semi-existant, comme un sac à dos au bâtiment. L’auditorium peut accueillir un orchestre de 75 musiciens, ou être utilisé pour des performances plus intimistes, voire des conférences, événements et expos avec ou sans traiteur. Les couches de sièges en gradins peuvent en effet être rétractées pour créer un espace ouvert. Nuages de plexiglas suspendus au plafond et système acoustique numérique y ralentir légèrement la propagation du son lorsque de grands orchestres s’y produisent.

© Studio Seilern Architects; ASA

Par Philippe Golard

focus-archi-magazine-architecture-insolite-andermatt-2.jpg
focus-archi-magazine-architecture-insolite-andermatt-3.jpg
focus-archi-magazine-architecture-insolite-andermatt-4.jpg