Bataille des Ardennes, 75e

 
Focus-Archi-magazine-architecture-Bastogne-BWM.jpg

Bastogne à Antoing, traces et devoir de mémoire


Dès décembre prochain, les Ardennes belges fêteront, trois quart de siècle après, la contre-offensive alliée victorieuse pour mettre fin au sursaut blindée dévastateur du maréchal von Rundstedt autour du haut-plateau glacé de Bastogne. Le Bastogne Museum War en pleine extension de  SIA Architects sera de la partie. Comme Antoing, à l’autre bout de la Wallonie, revendiquant son statut de première ville belge libérée après le Débarquement. 

Fin décembre prochain, ce sera le 75e anniversaire de la Bataille des Ardennes (6 semaines à l’hiver glacé de 1944-45) symbolisé par le célèbre Mardasson panoramique et le ‘nuts’ salvateur du général McAuliffe refusant la capitulation des GI face à la contre-offensive des blindés de von Rundstedt visant à reprendre appui sur la Meuse et au port d’Anvers. Quantité de manifestations (Nuts days, …), de défilés de véhicules militaires, de reconstitutions historiques se succéderont dont le détail est repris sur un site spécialement dédié.

Voisin du Mardasson à Bastogne, le centre de référence Bastogne War Museum (BMW) sera naturellement aussi de la partie, comme toute la région ceignant le haut-plateau théâtre autrefois de combats acharnés et particulièrement meurtriers de l’hiver 44-45. Signé par le bureau SIA ARchitects (écho ‘BMW agrandi’>FA web), le BWM aux 140.000 visiteurs annuels s’enrichira d’un nouveau pôle événementiel de 2.000 m2 aux lignes épurées. Il ne sera cependant pas de la commémoration, ne devant être livré qu’en 2021.

Antoing aussi

Dans le Tournaisis, Antoing a précédé la commémoration à venir, dans la mesure où elle revendique, sur les routes du souvenir, le titre de première ville libérée du pays par les Alliés aux lendemains du débarquement de Normandie (D-Day/opération Overlord). Le 1er septembre, retraçant la route empruntée pour libérer Antoing, jeeps Willis, Dodge, deux-roues d’époque, tractions et quantité de véhicules militaires ont bouclé leur itinéraire libérateur dans les rues pavoisées pour l’occasion et en liesse, 75 ans plus tard. Cette commémoration se prolonge jusqu’à la mi-septembre par une exposition salle du Scaldis (place Préau, entrée rue Wattecamps), à Antoing. Elle retrace la ligne du temps 1933-45, entre accession de Hitler à la chancellerie allemande et arrêt allié temporaire en Ardenne sur la route vers Berlin. Exode, vie quotidienne sous l’Occupation, résistance et bataille des Ardennes y seront évoquées.

© SIA ARchitects (BMW); D.R. WBT

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-architecture-routes-souvenir.jpg

 
PatrimoineEléonore Cucca