Curiosités architecturales

 
Focus-Archi-magazine-archi-st-luc-tournai.jpg

St-Luc Ramegnies-Chin avait même sa propre gare


A quelques kilomètres en périphérie de Tournai, le pôle scolaire de 10 hectares de St-Luc à Ramegnies-Chin a été fondé au tournant du XXe siècle par les Frères des écoles chrétiennes boutés hors France par la loi séparant l’église de l’Etat. Le site dispose d’un patrimoine assez exceptionnel: château d’eau, théâtre chauffé naguère à la vapeur et chapelle-cathédrale aux colonnes courtes le… surplombant. Le lieu de loisir vient d’être rénové et est proposé à la location extérieure.

Adossée à l’ULouvain depuis 2009, la partie picarde de la Fac d’architecture, d’ingénierie architecturale et d’urbanisme St-Luc a quitté récemment le vaste site néo-gothique aux 10 ha de Ramegnies-Chin. Elle a ainsi gagné le centre-ville de Tournai, pour y être moins à l’étroit au cœur du  quartier St-Brice. Bien avant, l’Ihecs (communication-journalisme) l’avait précédée, pour s’installer successivement à Mons et Bruxelles. Fondé en 1904 par les Frères des écoles chrétiennes, le pôle subsistant compte encore un enseignement secondaire artistique technique et professionnel réputé (1.100 élèves), l’ESA St-Luc (450), un parc aux nombreuses essences et plantations, un verger.

A vapeur!

Les lieux abritent aussi un internat aux 350 internes, une ancienne piscine et même un château d’eau classé assurant l’approvisionnement en eau courante au début du XXe siècle. Au fût légèrement conique, il est largement centenaire et dû, comme la majorité du site, au jeune architecte Paul Clerbaux remplaçant au pied levé son aîné Louis Cloquet. Outre l’arrêt ferroviaire assurant la desserte de l’établissement à l’époque, il comporte également une double curiosité architecturale aux escaliers intérieurs préfabriqués, plutôt rare début XXe siècle: un splendide théâtre surplombé d’une chapelle-cathédrale cruciforme, aux colonnes courtes et maçonneries de briques en façades mais à la structure alliant béton et acier.

Chargé d’histoire, le lieu de spectacles aux colonnes à chapiteaux divers, flanqué de balcons sur les flancs et en fond de salle, vient d’être rénové, débarrassé de son chauffage… à vapeur et mué en espace polyvalent de 500 m2 : écoles, locataires extérieurs, entreprises, associations, privatisations. Les lieux disposent d’un espace traiteur, palliant l’absence de cuisine. Toutes ses pièces ont été récurées en profondeur, les peintures sont neuves. L’éclairage d’origine y a d’ailleurs retrouvé tout son lustre. Traité latte par latte, le parquet en point de Hongrie – c’est-à-dire à chevrons – a retrouvé son entière magnificence.

© VA L’Escaut (théâtre); D.R. ESA St-Luc (vue aérienne)

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-archi-theatre-Ramegnies-Chin.jpg