Musée Hergé, dix ans pile

 
Focus-Archi-magazine-archi-Musee-HergeLLN.jpg

Prisme flottant signé de Portzamparc


Depuis précisément dix ans, le musée Hergé du campus-ville néo-louvaniste abrite 8 salles et 3 niveaux d’expos consacrés à l’œuvre d’un dessinateur belge célébré partout dans le monde. Son héros de papier Tintin, qui gagna la lune avant tout le monde, souffle lui 90 bougies cette année. Ce 1er septembre, comme tous les premiers dimanches du mois, les lieux signés par la starchitecte Christian de Portzamparc sont accessibles gratuitement pour découvrir tout de cet univers de la ligne claire.

Depuis tout juste une décennie, la Belgique et singulièrement le campus-ville de Louvain-la-Neuve s’enorgueillissent d’un musée entièrement consacré à Hergé, son univers et ses héros de papier, Tintin et Milou en tête. Aux quelque 80.000 visiteurs annuels, le bel objet architectural s’étendant sur trois niveaux et huit salles d’expos est signé par la starchitecte Christian de Portzamparc. La veuve de Hergé décédé en mars 1983, Fanny et Nick Rodwell, avec qui elle s’est remariée, l’ont voulu dès 2000 pour y rassembler outre la famille «Tintin» (Haddock, Séraphin Lampion, professeur Tournesol, Dupont et Dupond, cantatrice, forbans divers, …), toute l’œuvre de son mari: le prédécesseur Totor (chef de patrouille des Hannetons), mais aussi les garnements bruxellois Quick & Flupke, ou encore Jo et Zette et leur singe de compagnie.

Lignes claires

Pour le père de Tintin aux 150 millions d’albums vendus, de Portzamparc a conçu un geste en forme de prisme allongé flottant dans la forêt l’entourant. Il le décrit comme un «espace de surprises, d’événements et de couleurs. Le parcours est une séquence presque narrative, poursuivant l’art de la ligne claire et de la couleur, en un espace-hommage à l’œuvre d’Hergé et à la BD.» La récente statue en bronze du sculpteur Tom Frantzen y représente, depuis mai dernier, un Hergé au travail assis sur des livres, un chat sur l’épaule. Pièces – planches originales, documents, objets, expériences, films, correspondances, … – et collections y sont tournantes.

Pour les dix ans muséaux et les 90 de Tintin, les éditions Moulinsart revisitent également l’univers hergien en partenariat avec leurs homologues de Prisma et la revue Geo. Le petit reporter de papier et les siens repartent ainsi à l’assaut de la planète, partant à la découverte du monde contemporain. Ce nouveau mook trimestriel de slow journalisme compte déjà un premier numéro, paru mi-juin dernier, revenant sur la conquête spatiale en 150 pages de dessins, reportages, rencontres et portraits. Le muse Hergé est accessible en outre gratuitement le premier dimanche de chaque mois.

© Hergé-Moulinsart 2019; Christian de Portzamparc/NBorel  

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-architecture-GEO-Tintin-c'est-l'aventure.jpg

 
PatrimoineEléonore Cucca