Nouvel: nouveau geste au M-O

 
Focus-Archi-magazine-archi-Stade-conteneur-Qatar-1.jpg

Musée national du Qatar, 52.000 m2 de «rose du désert»


Le Qatar prépare activement la coupe du monde de football, 2022, qui se déroulera pour la toute première fois de l’Histoire dans cette partie du monde. Mais côté culture, la jeune gazo-pétromonarchie n’a pas à rougir non plus. L’ancienne nation de pêcheurs de perles vient d’être dotée d’un musée retraçant son histoire, un vaisseau de 52.000 m2 en forme de rose des sables, signée Jean Nouvel, le père du Louvre d’Abu Dhabi.   

En raison des conditions climatiques, le Mondial de football 2022 (écho ‘Business as usual’>FA web) se déroulera en hiver dans le torride Qatar, jeune gazo-pétromonarchie qui tirait autrefois ses revenus de la pêche industrielle de perles. Le petit pays comptant 2,7 millions d’habitants mais seulement 300.000 réels autochtones disposera de huit toutes nouvelles enceintes pour ce faire, dont un stade fabriqué à partir de conteneurs de transport modifiés (bureau madrilène Fenwick Iribarren Architects). Mais pour l’heure, c’est un autre paquebot tout en courbes qui retient l’attention : signée par les Ateliers Jean Nouvel (AJN), une gigantesque rose du désert de 52.000 m2 vient d’être inaugurée en grandes pompes à Doha, capitale qatarie. 

Starchitectes diverses

Imaginée par la starchitecte Jean Nouvel empilant une série de disques enchevêtrés, la coque muséale externe revêtue d’un cadre d’acier, de béton armé et de fibres de verre à teinte sablée. Elle est en effet basée sur une formation minérale baptisée rose du désert et se formant lorsque d’innombrables minéraux se cristallisent sous la surface d’un bassin salin, créant un ensemble de plaques plates ressemblant furieusement à des pétales de rose épanouies. Narrant l’histoire du pays et ses grandes ambitions pour l’avenir en 3D, ce projet de musée national du Qatar est implanté juste face à la baie de Doha, en voisin du palais historique du cheikh Abdullah bin Jassim Al Thani (début XXe siècle) et proche du musée d’art islamique d’une autre starchitecte, Ieoh Ming Pei, bientôt centenaire.

Le Qatar a d’autres projets culturels phares récemment  achevés, dont la bibliothèque nationale (OMA) et les bâtiments d’archives nationales (bureau britannique Allies & Morrison). Le nouveau musée signé AJN est également entouré d’un parc paysager de 112.000 m2 aux jardins ondulés, conçu par l’architecte paysagiste Michel Desvignes (MDP). Pour ombrager cour centrale et intérieurs, des sections de la coque ont été spectaculairement disposées en saillie vers l’extérieur. Tout en verre et sans cadre, des espaces entre les disques s’ouvrent sur cour, jardins et baie. Etonnant, les surfaces verticales sont totalement absentes de ce musée. Rénové, l’ex-siège gouvernemental voisin a été intégré aux expériences visiteur par un itinéraire elliptique long d’environ 1 km avec divers changements de niveau, débutant à l’étage supérieur au-dessus du hall d’entrée et redescendant à l’échelle historique du palais du cheikh rénové.

© AJN (musée rose du désert>Doha-Qatar); Fenwick Iribarren Architects (stade Ras Abu Aboud)

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-archi-Stade-conteneur-Qatar-2.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-AJN-Doha-Qatar2.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-AJN-Doha-Qatar1.jpg