200 aéroports à décarboner

 
focus-archi-magazine-architecture-urbanisle-brussel-airport.jpg

Bruxelles Airport est du nombre, déjà neutre


Politique zéro émission nette de CO2 sans compensation d’ici 2050, c’est l’ambitieux programme auquel ont souscrit 194 aéroports membres d’ACI Europe. Comme 42 autres infrastructures aéroportuaires européennes, Zaventem affiche déjà sa neutralité à cet égard. Brussels Airport veut être, en outre, à -40% à l’échéance.  

Fin juin dernier, quelque 200 aéroports se sont engagés à ne plus émettre de CO2 d’ici 2050, en signant une résolution de l’association ACI Europe (Airports Council International Europe) regroupant un demi-millier d’aéroports parmi 45 pays du Vieux Continent. Les opérateurs l’ont fait lors du 29e congrès annuel d’ACI Europe qui se tenait cette année à Chypre. Notre aéroport national – Brussels Airport à Zaventem – fait partie de ceux caressant cet objectif climatique ambitieux, soucieux de développement durable.

Cinq axes

S’ils représentent moins de la moitié des membres ACI Europe, les signataires n’en sont pas moins  194, se recrutant dans 24 pays européens soit un peu plus de la majorité simple des pays représentés. Et, plus conséquent, ils représentant ensemble près de deux tiers des passagers qui ont voyagé à travers l’Europe en 2018. Cet engagement concerne les émissions nettes de CO2 à réduire à zéro d’ici 2050. Brussels Airport est déjà neutre en CO2 comme 42 autres, selon les termes du programme d’accréditation carbone d’ACI Europe.

Concrètement, l’aéroport belge s’engage à réduire en permanence de telles émissions, espérant atteindre moins 40% d’ici 2030, compensant de surcroît ses émissions résiduelles. Cinq domaines d’activité ont été identifiés pour y porter le fer rouge: gestion déchets, bruits sol/qualité de l’air, inclusion, infrastructures durables, mobilité. Ainsi tout récemment, 25 partenaires utilisant l’outil aéroportuaire brabançon viennent de signer une charte pour réduire, mieux trier et recycler les déchets. Trente bus électriques arpentent désormais le tarmac, supplantant leurs homologues roulant encore au diesel.Pour compléter les terminaux existants, des bâtiments économes en énergie seront construits. A partir de septembre prochain, un Ringtrambus – tram circulaire Heysel-périphérie nord-aéroport – desservira l’aéroport. Un bus autonome y sera testé dès 2020.

© D.R. De Lijn/Brussels Airport

Par Philippe Golard

focus-archi-magazine-architecture-urbanisle-ringtrambus.jpg