Ex-Cité administrative

 
Focus-Archi-magazine-architecture-Max-Dudler-ensembPacheco.jpg

Logements, commerces, école et crèche sur 60.000 m2


Entre haut et bas de Bruxelles, la Cité administrative tout en béton fut à la fois le fruit de la Jonction Nord-Midi et de l’Expo universelle 58. Déserté par les fonctionnaires, le site est promis à la mixité des fonctions. Son projet actuel RAC4 apporte les 35% de logements et d’équipements collectifs exigés par le PRAS dès 2001 pour cette zone d’intérêt régional.

Entre colonne du Congrès et bas de la capitale s’étend l’immense cité administrative aux volumes de la fin des années 50. Erigés sur la jonction ferroviaire Nord-Midi enterrée, ses 225.000 m2 occupant un demi-km de large ont été  désamiantés et reconvertis à grands frais. Sa mue a débuté au départ des derniers fonctionnaires en 2004 avec sa remise sur le marché par Etat fédéral et Communautés aux trésoreries trouées. Au début de cette décennie, Jaspers-Eyers & Partners et Archi 2000 venaient avec leur projet Belair pour la partie résidentielle à venir, soit 35 % des volumes (exigence PRAS 2001> ZIR Cité administrative). Côté ex-tour des finances, la police fédérale, elle, avait établi son Q.-G. sur la majorité de la partie tertiaire.

Traversant

Boulevard Pacheco, les premiers rendus ont subi de très nombreuses transformations, d’un tertio de tours aux étages en strates volontairement déstructurées à un ensemble beaucoup plus sage et classique d’autres bureaux. Baptisé RAC4 aux 58.500 m2, celui-ci aligne appartements, commerces de proximité, horeca, école et crèche, côté ville basse, épousant la forte pente. Le tiers sera à prix conventionné. L’école sera dotée d’une grande salle de sports, utilisable par le tissu associatif en dehors des horaires scolaires. Le projet conjoint d’Immobel, des Amstellodamois de Breevast sortis du jeu et Skyline Europe, leader du marché locatif pour expats, y revoit complètement la structure des cheminements, en y créant 2,5 ha d’espaces publics entre haut et bas de la ville: escaliers, ascenseur, place publique

Le tout relie notamment esplanade du RAC (cité administrative en néerlandais), jardins géométriques suspendus de René Pechère, futur nouveau siège de la police Bruxelles-Ixelles (Montagne de l’Oratoire) et quartier des Martyrs, en contrebas. Les entrées vers les fonctions résidentielles seront éparpillées sur le site, pour le rendre plus vivant. Après les volées de critiques successives, les architectes exécutifs sont retournés à la conception en appui du Suisse alémanique Max Dudler et conseillés par le bouwmeester Kristiaan Borret. Le Bruxellois Bas Smets s’est occupé des quelque 3 ha d’espaces publics. La demande de permis d’urbanisme a été déposée. Les développeurs espèrent débuter les travaux fin 2019.

© Jaspers-Eyers+Archi2000 (rendu 2011); Max Dudler (axio et rendu 2018-19)

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-architecture-Cite-adm-jaspers-Eyers-2012.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-axiociteadm2018.jpg
Focus-Archi-magazine-architecture-cite-adm-BXL.jpg