Grandes manœuvres en Namurois

 

42 logts résidentiels en bord de Lhomme ( studio Bivwak )

L’arche géante de Venet balisera l’E411


Dans la capitale politique wallonne, Namurois, touristes, navetteurs, … rongent leur frein, attendant impatiemment l’arrivée d’une Enjambée opérationnelle et greffée au Grognon à muer en Esplanade futuriste. Aux confins provinciaux, Rochefort entame également de grandes manœuvres avec le jeune studio d’architecture Bivwak en pilote. 

Avant fin 2019, la future esplanade numérique du Grognon (écho > FA web) des BEE Architects+3XN va s’étendre jusqu’au fleuve mosan entre pont de France et périmètre du parlement wallon. Il s’agit d’y accueillir le futur port numérique et, surtout, les flux mobilités douces (piétons, deux roues, …) provenant de et se rendant vers l’Enjambée. La nouvelle passerelle cyclo-piétonne Namur-Jambes du bureau Greisch se fait en effet attendre. Depuis l’automne, ces travaux-là sont bloqués par des malfaçons relevées sur la structure, la privant temporairement de platelage et d’une mise en peinture définitive. Un nouveau sous-traitant vient d’être désigné pour corriger les erreurs, des inclinaisons jusqu’à 50 mm foulant au pied les plans dressés.

Mi-février, d’abord en rive droite, les travaux ont repris. L’ouverture de la cyclo-piétonne est reléguée désormais à mi-juillet. Depuis un giratoire devant le St-Gilles parlementaire dont l’extension (écho > FA web) vient d’obtenir son permis de bâtir, la circulation auto sera définitivement déviée au seuil du Grognon. Il faudra y créer une nouvelle voirie le long de la Sambre jusqu’au pont de France à élargir. Les travaux du parking enterré voisin à 670 places vont leur petit bonhomme de chemin. Sa mise en service est planifiée pour début 2021. A rendre encore étanche après l’avoir complètement rendu clos, cet aquarium inversé sera ancré dans la roche à 246 endroits pour éviter d’être emporté comme un vulgaire bouchon à la confluence agitée des Sambre et Meuse.

Entrée-arche

Toute proche, radicalement transformée par Samyn & Partners, la future maison de la culture provinciale a été rebaptisée Delta et ouvrira le 21 septembre. Aux confins des Ardenne, Famenne et Calestienne, Rochefort la Namuroise prend elle aussi le galop. La nouvelle équipe 2019-2024, à peine en place, vient de donner son feu vert à une opération de revitalisation urbaine en bord rive droite de Lhomme. Elle comptera 3 phases et coûtera 5,5 millions € au denier public, le double au privé. Naguère scolaire puis associatif, ce site de la Passerelle va être désormais beaucoup plus résidentiel, bucolique et champêtre. D’ici mi-2024, aux pieds de Notre-Dame, le lieu sera doté d’une petite cinquantaine d’unités résidentielles supplémentaires, d’espaces collectifs (crèche, salle polyvalente, potager communautaire, …) et d’accès piétonniers/itinéraire touristique.

Basé en Luxembourg proche, le studio d’architecture Bivwak vient de publier une vidéo esquisse dudit projet (2’ 39’’) sur sa page FB et YouTube. Un opeu plus loin, à hauteur de Lavaux-Ste-Anne juste à la césure entre Namurois et Luxembourg, l’autoroute E411 proche sera symboliquement marquée d’une sculpture-arc géante à 205,5° de l’artiste français Bernar Venet qui avait imaginé cet ambitieux projet, rejeté, pour une autoroute française des Hauts de France. Hors voiries, s’élevant à 60 m, elle enserrera la E411 sur ce seuil namuro-luxembourgeois dès septembre. Ses 200 tonnes de caissons d’acier Corten auto-patinés ont été usinés par CMI, sur initiative de la Fondation John Cockerill. Le chantier devrait débuter en cette mi-mars.

© Studio Bivwak (Rochefort); Bureau Greisch (Enjambée)

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-archi-NamRochefort1.jpg
Focus-Archi-magazine-archi-NamRochefort2.jpg