Liège, climat éco-friendly

 
Focus-Archo-magazine-architecture-station-verboeckhoven-bureau-AREP.jpg

Tram connecté à Liège, métro dans l’Est bruxellois


A l’automne 2022, rive gauche et hyper-centre principautaires disposeront d’une ligne desservant quelque 12 km, avec 50 ha d’espaces publics réaménagés. L’Est bruxellois et ses nouveaux pans de ville (friche Josaphat, Mediapark,…) auront également leurs transports connectés d’ici 2025-28. Comme dans d’autres métropoles européennes, le tout-à-la-voiture y est révolu, s’accompagnant d’immenses chamboulements urbains en perspective.    

Liège aura bien son tram connecté (Viméo ; 10’ 30’’) en site propre, essentiellement en rive gauche au centre-ville desservi déjà par 2.000 bus permettant 90 millions de déplacements/an. Sa création vient d’être formellement entérinée à Namur. Le chantier démarre en mai prochain. Solution au tout-voiture en hyper-centre sur un tronçon de quelque 12 km, il reliera Sclessin (Standard Liège), Droixhe et CoronMeuse, futur éco-quartier (vidéo YouTube 4’13’’) de 25 ha, 1.325 logements et à économie circulaire dans le nord-est principautaire. Cette programmation à 313 millions € est signé par l’association bureau Syntaxe, Artau Architectures, Altiplan Architects, AAST et BUUR Urbanisme

Avec notamment 21 stations et 3 terminus à créer, la ligne éco-conçue et sans caténaire sera opérationnelle en principe, en octobre 2022, dans 30 mois. Marché attribué au soumissionnaire Tram’Ardent (Viméo; 2’30’’; écho ‘Tram à Liège et câble urbain?’ >FA web), elle desservira centre historique et points névralgiques: stade, Guillemins et nœud modal avec la gare signée Calatrava, Val Benoît, pôle muséal et parc de la Boverie. Une vingtaine de rames climatisées assurera une cadence de passage toutes les 4’ 30’’. Chacune peut accueillir 310 passagers et dispose, tous les deux sièges, d’un port USB. L’opération à 430 millions € s’accompagne d’un réaménagement des espaces publics sur environ 50 ha.

Métro automatique

L’Est bruxellois profitera d’un programme climatiquement éco-friendly semblable, ne mettant plus le centre-ville qu’à un quart d’heure. Greffée ici et là au futur RER, une ligne automatique de métro 3 y sera en effet créée entre gare du Nord/CCN et Bordet-Evere vers Vilvorde. Elle implique de réaliser un tunnel de 5 km, un nouveau dépôt à Haren et 7 stations. Trois d’entre elles, tel le nœud multimodal Verboeckhoven (Schaerbeek), sont conçues par le bureau d’architecture français spécialisé groupe AREP travaillant aussi sur le Grand Paris. Bras armé de l’accord de coopération Etat fédéral-Région Bruxelles-Capitale, Beliris boucle et optimise actuellement plans et études.

Sous les boulevards centraux bruxellois en voie de piétonisation (SUM Research+Project), un morceau de cette future ligne 3, cadencée à toutes les 3’, existe déjà avec des trams en pré-métro entre gare du Nord et station Albert, cette fois sur les hauteurs de Forest, St-Gilles et d’Uccle (S.-O. bruxellois). Ce tronçon préexistant devrait être converti avant l’extension vers l’Est. Introduite à l’automne 2017, une demande de permis d’urbanisme est en cours d’analyse. Fin janvier dernier, la commission de concertation de Bruxelles-Ville vient de délivrer un feu vert conditionné.

©  Consortium Neolegia; Beliris

Par Philippe Golard

Focus-Archi-magazine-architecture-Guillemins-Liege.jpg
Focus-Archi-magazine-architecture-trace-tram-liege.jpg

 
UrbanismeMarieChactu, city, projet