Magister, néo-cité éco-administrative

 
FOCUS-Archi-magazine-architecture--Magister-RMI-Charleroi.jpg

Charleroi public, au cœur du Left Side Business Park


En ces premiers jours de 2019, on en sait davantage sur les contours de la cité administrative carolo, futur nouveau nid de 850 fonctionnaires aujourd’hui éparpillés dans le Grand Charleroi. Se basant sur économies d’échelle et d’énergies, la nouvelle équipe élue en place a jeté son dévolu sur un bâti existant récent, intégré au Left Business Side Park à première tour émergente. Ses 14.000 m2 à reconditionner ont été signés par DDS+, déjà auteur du proche et spectaculaire Rive Gauche.   

Dans le quartier du futur Left Side Business Park aux 101.000 m2 (écho «Métamorphoses carolos en série» > FA web; masterplan>MSA) à la première tour tertiaire de 11 étages en chantier dès février, Charleroi va aussi regrouper la plupart de ses services publics au sein d’une unique cité administrative. Le lieu existe déjà, même s’il est très jeune: l’îlot tertiaire est une réalisation de DDS+ datant de 2015-16. Cette mission complète d’architecture a été menée pour le compte de RMI et du développeur Iret Development. Les 14.000 m2 tertiaires referment l’ancien îlot côté porte de Mons/Villette, ouvrant sur Boulevard Tirou et ville basse en intra-ring.

Le futur siège de la première administration publique wallonne doit être reconditionné. La nouvelle équipe Magnette (PS-Ecolo-C+) a confié les rênes des compétences bâtiments et énergies à un Vert, Xavier Desgain, entendant réduire l’empreinte CO2 du vaste parc immobilier communal. Un des moyens de la diminuer consiste à rationaliser les surfaces utilisées, en vendant biens désormais inutiles ou dépassés: centre Helios, espace Charleurope, ZI Defi-Jumet, …. L’acquisition du Magister intégré au Left Side Business Park y participe. En occupant ce seul site, économies d’échelle et de consos énergétiques ont été estimées à 0,9 million €. En sus, elles seront accompagnées d’une facture d’achat bien rabotée, évaluée initialement à 30 millions €.

Sérieuses économies

Le prix revu à la baisse voisine les 20 millions € auxquels ajouter 1 million € en frais d’adaptations-transformations pour les 850 fonctionnaires qui y éliront bientôt domicile. Dans cette compétence énergies (isolation, investissements économiseurs d’énergie, primes, …), une «delivery unit» va être créée sur son modèle aîné du plan Catch 2025. Sans crier gare, début septembre 2016, la stupeur frappait en effet tout le bassin d’emplois carolo. Les dirigeants US de Caterpillar annonçaient la fermeture pure et simple de l’usine de Gosselies aux 93 ha convoités (écho «Melting-pot sectoriel» > FA web).

Pour explorer toutes les pistes de relance et de redynamisation, Catch (CATalysts for CHarleroi) était mis sur pied dare-dare. Cette delivery unit a travaillé sur quatre axes privilégiés: industrialisation avancée, aéroport BSCA-logistique, santé/bio-techs (écho «Aéropôle, les raisons du succès» > FA web), secteur digitalo-créatif. L’objectif chiffré de Catch est de dégager entre 6 et 8.000 emplois d’ici 2027. Avec un investissement de 131,5 millions €, la chinoise Thunder Power est sortie du bois et devrait assembler des véhicules électriques sur les deux tiers de l’immense site-plateau de Caterpillar.

©  MSA; DDS+/RMI/Willemen Group      

Par Philippe Golard

FOCUS-archi-magazine-architecture-masterplan-Charleroi-MSA.jpg

 
UrbanismeMarieChactu, city, projet