Mobilité liégeoise enrichie

 
focus-archi-magazine-urbanisme-passerelle-vivegnis-2.jpg

Et une passerelle cyclo-piétonne de plus à Liège


Après l’esplanade St-Léonard aux pieds de la citadelle, le quartier éponyme liégeois longtemps oublié s’enrichit d’une nouvelle liaison cyclo-piétonne côté Vivegnis. Signée par l’association momentanée Richard-Cornet , elle mêle structure bois et passerelle d’acier. La requalification de ce nouvel espace public passera également par l’installation, bientôt, d’un verger d’arbres fruitiers.  

Longtemps, juste aux pieds de la citadelle et du CHR, le quartier St-Léonard a souffert d’une mise à l’écart du reste de la ville principautaire. Au milieu des années 90, Liège organise un concours d’architecture pour requalifier l’espace public – ex-place des Déportés – abandonné pendant une décennie et demie. Dès le XIIe siècle, une muraille défensive le traverse. Un établissement pénitentiaire l’occupera de la mi-XIXe à 1982, avant d’être laissé à l’état désolant de friche urbaine délaissée, lieu de tous les trafics. Lauréats du concours, Baumans-Deffet et l’atelier d’architecture Aloys Beguin-Brigitte Massart (ABBM) ont le bon goût de transformer l’esplanade en véritable coulée verte ouverte. 

Mobilité douce accrue

Depuis, ce grand site urbain reliant coteaux mosans – non loin de la montagne de Bueren et ses fameux interminables escaliers à couper le souffle, si chers à l’enfant du pays Georges Simenon – quais et Meuse additionne passerelle liaisonnante vers le CHR de l’architecte fonctionnaliste Henri Montois (Montois Partners Architects-MPA), plaine de jeux, mobilier urbain et borne abreuvoir à la demande, jeux d’eau, espaces verts, terrains de sports, lieu de mémoire et manifestations socioculturelles récurrentes. En cette mi-décembre, le quartier va s’enrichir d’une passerelle supplémentaire, cette fois côté Vivegnis, sur la place éponyme à quelques centaines de mètres. Là-aussi, quartier Saint-Léonard, plateaux herbeux des coteaux mosans, quais et Meuse y gagneront en mobilité douce accrue. 

Peu avant les fêtes de Noël, la passerelle Vivegnis de l’association momentanée AARR et l’ingénieur-architecte Maximilien Cornet a été installée de nuit à l’aide d’une énorme grue, après un voyage en convoi exceptionnel. Surmontant une ligne de chemin de fer, la jonction cyclo-pédestre «objet-synthèse d’un contenu et d’un contenant affiche plus de 300 m2. Mariant structure bois et passerelle en acier, ce nouveau lien cyclo-piéton à 1,5 million €, rampes obliques, paliers et aire de dégagement au sommet a été financé par la Région wallonne et Liège Europe Métropole, et respecte les normes d’accessibilité aux espaces publics. Côté coteaux, il reposera sur un mur de soutènement. Côté St-Léonard, la passerelle s’appuie sur une immense structure en bois haute de 12 m. Au pied de cette structure urbaine, un espace vert de 500 m2 sera bientôt aménagé en forme de verger urbain.

© Baumans-Deffet/AABM; AARR-Cornet

Par Philippe Golard

focus-archi-magazine-urbanisme-passerelle-vivegnis-1.jpg

 
UrbanismeMarieChactu, city, projet