Des taux de crédit bas

 
FA_news_taux1-1.jpg

En raison des taux hypothécaires très bon marché, 1 personne sur 3 ayant un projet de construction ou de rénovation immobilière lance son chantier plus vite que prévu. Cela augmente considérablement le risque de décisions erronées et de facture plus lourde. La moitié des personnes interrogées admettent avoir des plans inaboutis et manquer de conseils professionnels.

60% des personnes sondées reconnaissent que le chantier de construction, transformation ou rénovation s’avère très complexe. Deux tiers avouent également devoir accorder plus d’attention au coût total de leur projet. Mais les emprunts hypothécaires bon marché incitent plus d’une personne sur trois à avancer la date de son projet, afin de bénéficier des taux hypothécaires actuels très avantageux.

D’après l’étude de Reynaers Aluminium, il semble qu’une négociation trop hâtive et un manque de préparation peuvent conduire à des carences en conseils professionnels durant les différentes phases du chantier.

Rater un bon début

Cela commence déjà dans le choix entre construire et rénover/transformer. Une petite  moitié des personnes interrogées (41%) reconnaissent ne pas avoir demandé conseil à des professionnels. Parmi les 59% restants, seuls 20% s’adressent à leur banquier, 37% à un architecte. Les autres (41%) consultent leurs proches et amis.

« Pour faire un choix opportun et bien estimer les conséquences, des conseils avisés s’avèrent cruciaux. On recommande vivement d’établir un bon master plan, avec un volet financier solide, et de bien réfléchir aux plans et projets, aux solutions et aux matériaux, ainsi qu’à l’agenda des travaux. Pour cela, on peut s’adresser à de nombreux experts, comme son banquier, un notaire, un architecte, les entrepreneurs et les fabricants de matériaux de construction« , assure Bert Geerinckx, directeur général de Reynaers Aluminium Belux.

Les personnes qui s’orientent vers une construction neuve bénéficient clairement d’un meilleur encadrement. 64% d’entre elles se font conseiller et 53% contactent un architecte, contre seulement 55 et 26% de celles optant pour la rénovation.

L’impact du chantier souvent sous-estimé

Les conseils d’experts ne semblent pas non plus figurer parmi les priorités lors des différentes phases du chantier: 8 répondants sur 10 estiment que le chemin emprunté peut être poursuivi. Beaucoup déclarent ne pas avoir de temps pour se faire dûment conseiller (34%) ou ne savent pas chez qui (27%).

Pour 3 personnes sondées sur 4, les normes énergétiques sévères et la réglementation complexe sont les deux pierres d’achoppement. 67 % avouent être insuffisamment préparés ou avoir des plans imparfaits et 63 ne pas accorder suffisamment d’attention au budget global nécessaire.

Selon 61 % des répondants, ne pas avoir glané assez de conseils compliquera l’adaptation future de l’habitation suite à un éventuel agrandissement de la famille ou pour y passer ses vieux jours.

Bricoleur ou pigeon ?

Le Belge a une brique dans le ventre, dit-on. Mais il aime aussi se retrousser les manches : moins d’une personne sur cinq ne fait aucun des travaux elle-même. En clair, 76% des personnes interrogées se mettent à l’œuvre pour la peinture ou le tapissage, 42% exécutent des travaux plus complexes, comme l’isolation de la toiture ou des murs, la pose de portes ou de fenêtres, l’installation de câbles et de conduites d’électricité, de chauffage et d’eau… Bien que ces travaux d’ampleur requièrent un certain niveau d’expérience et de savoir-faire, les bricoleurs pèchent à nouveau par manque de conseils professionnels. 42% des gens exécutent ce genre de travaux seuls ou avec des amis ; seuls 16% se laissent encadrer par un architecte, et seulement 11% font appel à un homme de métier.

« La complexité d’un chantier de construction ou de transformation requiert des plans très aboutis, mais également suffisamment de connaissances des processus et matériaux de construction. Il est important que le maître d’ouvrage soit bien informé, pour ensuite faire appel à des corps de métiers professionnels. Les salons comme Batibouw sont une opportunité fantastique pour s’orienter utilement. Nous sommes très heureux que l’édition 2016, ayant entre autres pour thème ‘ENTOUREZ-VOUS BIEN DE A À Z’, braque les projecteurs sur l’importance des conseils et de l’expérience vécue durant le salon« , conclut Bert Geerinckx.

Résultats de l’enquête annuelle menée pour le compte de Reynaers Aluminium en janvier 2016 auprès d’un échantillon représentatif de 900 personnes domiciliées en Belgique, ayant des projets immobiliers concrets de construction, rénovation ou transformation. L’enquête a examiné plus précisément la façon dont ces personnes montent leur projet.