La salle de bains de demain

 
FA_produit_desco1.jpg

On parle chaque jour des tendances qui influencent l'économie et la société, mais elles n'avaient pas encore été abordées avec une telle intensité. Les 21, 22 et 23 septembre derniers, sur l'initiative du spécialiste de la salle de bains Desco, a eu lieu la première Desco Expo sur le site de la Verbeke Foundation. Une découverte des nouveautés du secteur des sanitaires et une recherche des tendances qui participeront à la création d'un avenir durable.


Desco n'a rien laissé au hasard lors de sa première Desco Expo avec un concept inattendu dans les galeries d'art de la Verbeke Foundation. Durant trois jours, ce site a été le décor de partage d'opinions, de compétences et d'expériences autour de trois thèmes : l'écologie, la technique et les tendances & le design.

Pas moins de 6 experts ont tenu conférence dans leur domaine. Les conclusions suivantes pour chaque thème valent la peine d'être retenues.

Conclusion n° 1 : vers une économie collaborative durable grâce au less is more

Nathalie Bekx, CEO de Trendhuis, et Steven Vrommen, écologiste mieux connu sous le nom de Low Impact Man, se sont penchés sur le thème de l'écologie pour répondre à la question suivante : « Comment favoriser l'économie grâce à l'écologie et vice-versa ? »

Selon l'écologiste Steven Vrommen, le sujet est on ne peut plus actuel : « Le consommateur est prêt pour davantage d'efficacité et de fonctionnalité, mais encore faut-il que les entreprises suivent également. Les gens se posent de plus en plus de questions sur le gaspillage et la surabondance. Ils n'ont par exemple plus besoin de différentes pommes de douche, mais d'une seule qui réponde à toutes leurs attentes et qui s'inscrive dans le projet écologique. La société évolue en outre progressivement vers une véritable économie collaborative. Les initiatives de groupe pour l'achat d'énergie, le partage des frais pour la facture d'eau... ce sera bientôt notre quotidien à tous, demain ou après. »

Nathalie Bekx, CEO de Trendhuis, parle en connaissance de cause lorsqu'il est question de la combinaison économie/écologie. « C'est magnifique de voir comment les entreprises se préoccupent à présent de l'environnement, mais ce n'est pas suffisant pour en faire des entreprises durables. La concertation sur le plan humain est tout aussi importante : de bonnes relations professionnelles, une protection sociale, la diversité sur le lieu de travail, l'épanouissement des collaborateurs... Dans la transition actuelle vers une économie collaborative transparente, il est indispensable de réaliser un profit honnête et durable. »

Conclusion n° 2 : plus naturelle et plus masculine

Ann Coen, architecte d'intérieur chez Anne-Levine, a apporté une analyse claire et sa propre vision du look & feel de la salle de bains de demain.

« Le bois et les matériaux issus de la terre sont des valeurs sûres qui séduisent grâce à leur aspect bien-être. Cette tendance naturelle se retrouve de nos jours partout dans les intérieurs, ce qui crée toujours plus de nouvelles applications. Après la cuisine, les consommateurs sont à la recherche d'un cachet supplémentaire et d'éléments qui attirent l'œil pour leur salle de bains. J'encourage les fabricants et les designers à expérimenter dès maintenant différents procédés de production et différents designs, car la demande n'a jamais été aussi forte et l'espace aussi grand. Ce que l'on remarque sur le marché ? L'affirmation masculine. Une lumière particulière, plus d'espace de rangement, un miroir dans la douche... Aujourd'hui et à l'avenir, les hommes exigent de plus en plus de détails auxquels ils ne prêtaient pas attention auparavant. »

Conclusion n° 3 : nous serons tous des gestionnaires d'énergie

Luc Dedeyne, consultant en énergie, et Damien Ernst, professeur à l'Université de Liège, se sont prononcés sur les évolutions qui s'opèrent dans le marché de l'énergie et leurs possibles conséquences pour les entreprises et les habitations.

Luc Dedeyne explique le revirement qui se prépare dans la vie des consommateurs et des fabricants : « D'une part, le monde entier grouille d'idées et d'exigences, mais de l'autre, l'évolution ne peut pas se produire plus vite que ce que le permet la législation. La grande question que les gens se posent est donc la suivante : comment puis-je produire moi-même de l'électricité ? Le stockage thermique est dès lors un thème central. Les gens cherchent le meilleur moyen de produire et de stocker eux-mêmes de l'énergie, qui servira en particulier au chauffage des locaux, à l'approvisionnement en eau sanitaire et à la ventilation. Fabricants et fournisseurs, laissez tomber les thermostats et innovez sur le plan du confort d'utilisation, avec des applications et des capteurs par exemple. C'est ça l'avenir. »

Le professeur Damien Ernst, expert en énergie et professeur à l'Université de Liège, a proposé un énoncé concret pour l'énergie de demain : « Une solution pour vivre de façon plus sûre tout en faisant plus attention à l'énergie est l'utilisation de microgrilles : ce sont de petites connexions électriques qui fonctionnent en parallèle avec le réseau d'électricité central. Elles sont particulières en ce qu'elles peuvent se déconnecter et fonctionner ensuite de façon autonome. Concrètement, vous réalisez ainsi des économies et vous avez une source qui est parfaite pour alimenter en énergie des communautés plus petites. Les microgrilles sont elles-mêmes alimentées en énergie par des générateurs, des batteries et/ou des sources renouvelables telles que les panneaux solaires. »