Outdoor

 
bandi-2.jpg

L’architecte liégeois Olivier Collette s’est associé avec son cousin pour fonder une société familiale de mobilier contemporain plutôt outdoor fleurant bon le made in Wallonie. 


L’architecte liégeois Olivier Collette s’est associé avec son cousin pour fonder une société familiale de mobilier contemporain plutôt outdoor fleurant bon le made in Wallonie. Avec bancs et tables en alu-époxy et aux lignes épurées, le label Bandi se cantonne pour l’instant au plat pays. Nul doute que cela risque bientôt de changer.

Issu de l’ex-Institut supérieur d’architecture intercommunal (ISAI) implanté à la fois à Mons, Bruxelles et Liège, Olivier Collette s’est associé en 2015 avec son cousin, l’ingénieur commercial Thomas Crucifix, pour développer du mobilier estampillé 100% wallon. En octobre 2016, le duo fonde WADD, sprl sise à Awans (Liège), avec un mono-produit : une table et des bancs indoor/outdoor en alu et résine d’époxy produits en circuit court. Pour l’instant, après deux années d’existence, le secteur jardin constitue 65 % des ventes. Ce mobilier baptisé Bandi a également trouvé sa place dans bureaux d’architecture et habitations plutôt branchées.

Casser les codes

«Nous voulons casser les codes et proposer une autre approche du design», relèvent Coyette/Crucifix dans plusieurs médias. Début juin 2017, l’émission Une brique dans le ventre leur a consacré une séquence spécifique dans l’émission du samedi habillant le début de soirée sur la première chaîne publique belge. Pour lancer leur produit s’entourant d’artisans industriels locaux, les Liégeois avaient organisé un barbecue clandestin devant Liège-Guillemins dessiné par Calatrava Valls, en cheville avec un designer de braseros en acier Corten installé à Angleur.

Pour l’instant, pré-usinée, soudée et peinte en région liégeoise, une cinquantaine de tables et bancs monoblocs a trouvé preneur. Les deux quadras entendent doubler la commande en 2018. Et ensuite s’attaquer à l’international. Aux lignées épurées, cette marque wallo-liégeoise est conçue sans aucune vis ni boulons. N’exigeant pas d’entretien, l’alu est plié, défoncé pour créer des courbes à angles droit et soudé à minima. Ensuite, il est micro-sablé, poudré, peint et revêtu d’une couche de finition en résine-époxy avec, entre-temps, passages au four pour fixer.

Alter-distribution

Usant de prescripteurs idoines – dont des architectes –, la distribution casse aussi les codes en travaillant visibilité et vente directes: aucun point de vente ni intermédiaire, s’épargnant ainsi la marge de 30 à 40% de la distribution classique. Ce mobilier design à label Bandi est proposé de 950 à 2.750 € TVAC avec un catalogue de couleurs sans limite (8 couleurs ‘base’ + RAL personnalisable à l’infini), pour pouvoir être assorti aux châssis en extérieur par exemple, ou dialoguer avec l’intérieur déjà défini. Une dizaine de dépôts – entreprises témoins, lieux publics dont 2 cinémas, boutiques design ou food – proposent de toucher et venir voir ce mobilier design wallon proposé pour l’instant en trois dimensions. Une version démontable est à l’étude comme des déclinaisons basse et haute, pour 2019.

© sprl WADD/Bandi

Focus-produit-Bandi-1.jpg
bandi-4.jpg