Coffre-forts ‘architecturés’

 
FA_ALTIPLAN-Elia-Crealys-Gembloux-GDeKinder1.jpg

Le gestionnaire unique du transport d’électricité haute et très haute tensions Elia dispose de trois ‘control rooms’ ultra-sécurisés. Ces dispatching sont abrités dans des coffre-forts à l’architecture soignée. Par exemple Isnes-Gembloux et Bruxelles, entre Docks Bruxsel et le canal.  

Fin 2017, quasi en face de Docks Bruxsel (échos des 15/9/2016 et 12/4/2017 > FA web) à Schaerbeek-Bruxelles, les huiles emmenées par la Ministre fédérale de l’Energie inauguraient le dispatching national rénové et upgradé à grands frais d’Elia, gestionnaire unique du réseau maillé de transport électrique haute et très haute tensions belges. Des flux en liaisons aériennes ou câbles enterrés de 36, 70, 150, 220 et 360 KV, de la sortie des centrales jusqu’aux cabines de distribution. Un endroit stratégique, cardinal, hautement sécurisé; il s'agit tout simplement du cœur névralgique de cette énergie au pays des chicons et des trappistes.

Avenue de Vilvoorde, via une control room désormais dotée d’un tas d’outils sophistiqués dont des logiciels, des ré-enclencheurs automatiques et un mur écran dernier cri, ce Centre de conduite national de supervision conçu originellement par Gilson-Libert & partners (Laarne) gère en temps réel l’approvisionnement des clients industriels et du marché domestique, 24h sur 24, sept jours sur sept. A l’aide d’une demi-centaine d’outils informatiques, on y maintient savamment l’équilibre entre demandes et offres en électricité pour parer aux incidents, congestions, baisses de disponibilité, pannes, ruptures et surcharges.

Trio, en réalité

Au pire, ces divers cas de figure pourraient déboucher sur délestages et blackout redouté, comme on l’a craint par exemple lors du rude hiver 2016 ou comme on l’a affronté à Bruxelles en février dernier lorsqu’une partie de la capitale a été plongée dans le noir à la suite d’un défaut dans les installations. En réalité, voisin du nouveau Q.-G. rez+5 en V, à 40% vitré et à l’extérieur en panneaux d’alu anodisé conçu par les Bruxellois d’Architectes Associés, le CCN schaerbeekois n’est pas seul. Dans ses tâches complexes et stratégiques, la salle bruxelloise est en effet épaulée par deux centres régionaux. Depuis 2015, l’un sis dans le zoning Crealys des Isnes à Gembloux, l’autre à Merksem.

Conçu par Altiplan Architects, le centre gembloutois à 9 millions € et de 8.100 m² a été livré très récemment. Cette conception n’a pas été de soi car le site est traversé lui-même par une ligne très haute tension (380 KV) imposant des contraintes strictes: implantation du bâti et, surtout, gabarits des constructions. Ici, les dispatchers contrôlent l’entièreté de l’approvisionnement du sud de la Belgique, et 80% de Bruxelles-Capitale et du Hainaut. Outre le bâtiment administro-technique, le site accueille entrepôt, aires de stockage extérieurs et station de transformation.

© Altiplan/G. De Kinder ; Ph. G.


 
ProjetMarieCh