‘Cups of tea’ à la sauce bruxelloise

 
parc-sportif-Solvay-WB2.jpg

Le groupe britannique Aspria s’est spécialisé dans l’implantation de clubs fitness-wellness hauts de gamme dans des lieux d’exception de la capitale belge et ailleurs en Europe. Dernière création, actuellement en suspens ?  Les 5 ha de l’ex-parc sportif Solvay pour personnel, familles et invités face à l’hippodrome de Watermael-Boitsfort…

Filiale de la compagnie immobilière Cofinimmo (l’un des leaders belge et européen du secteur), Aspria Roosevelt gère les aspects financier et immobilier de l’opération en cours depuis… mi-2014.  Soit l’acquisition d’un lieu bruxellois de prestige, pour y installer un vaste et nouveau club de remise en forme de luxe. Le groupe britannique Aspria reste lui à la barre de l'opérationnel.

A ce jour, ce dernier compte actuellement 8 lieux d’exception exploités et dédiés sports-wellness-fitness en Europe :

Hic de taille

Avec le futur Aspria-Solvay dont le bâtiment principal - club-house de deux blocs parés de grès et briques - est inspiré de l’architecture Expo 58 (architecte André Belpalme), il devrait en compter 9 à court terme, avec cette implantation sise face à l’hippodrome d’Uccle-Boitsfort futur parc loisirs (échos du 14/9 et du 30/11/2016 > FA web). Ce sera sur les 5 ha de l’ex-parc sportif appartenant au fleuron chimique belge Solvay.

Jadis baptisé stade de jeux Solvay Sport , il fut créé à l’époque de Léopold II et comptait terrains de football, basket et tennis (structures tensostatiques) ainsi qu'une plaine de jeux à destination des personnel, familles et invités du géant chimique belge. Ces dernières années, celui-ci a regroupé toutes ses activités à Neder-over-Heembeek (solvay campus ; nord-est de Bruxelles). Dont son ex-siège à Ixelles, transformé entre-temps en logements et maison de repos (écho du 4/6 > FA web).

Le futur est encore de rigueur en ce qui concerne Aspria-Solvay malgré les permis délivrés en bonne et due forme par la Région bruxelloise. La raison principale est simple : s’il a bien acheté les lieux pour 4 millions € mi-2014, le groupe Aspria se voit contester la vente par un autre concurrent. Offrant lui 3 millions €, ce dernier s’est tourné en janvier dernier vers le tribunal de Première Instance de Bruxelles. La décision est toujours pendante.

© Groupe Aspria


 
ProjetMarieChActu, city