Des flots bleus façon 2020

 
FA_Complexe-sportif-rochois-Pissart-1.jpg

Le parc wallon des piscines publiques a mal vieilli. Dans le cadre d’une stratégie « Europe 2020 » (économies d’énergies) bien pensée, La Roche-en-Ardenne décroche la timbale avec l’appui de Pissart Archi & Environnement. 

A bout de souffle

Au cœur de l’Ardenne, l’actuel complexe sportif de La Roche (quartier des Evêts) est en fin de vie. Au sein d’une commune où un habitant sur… quatre est affilié à un club sportif, on y pratique pourtant une quinzaine de disciplines, du tir à l’arc à la plongée et au jujitsu. Doté notamment d’une piscine - terrain de jeu scolaire et des touristes -, l’équipement rêve d’une rénovation et d’une extension (salle multisports). Tout sauf cosmétique, l’opération complète et phasée pèse 6,3 millions € (DPG La Roche en Ardenne).

En cette mi-mars, épilogue d’une très longue saga, l’exécutif rochois a voté une rénovation-extension à 4,5 millions € dont on connaît l’esquisse. En amont, le bureau troozien Pissart Architecture & Environnement a en effet longuement planché sur le sujet. Sis en banlieue sud-est de Liège, ce bureau s’est d’abord spécialisé en études d’incidences d’envergure : aéroport de Charleroi et bouclage sud du métro léger de la première métropole wallonne ; nouvel hôpital CHC, aménagements des quais de Meuse et échangeur routier à Liège ; création d’un boulevard urbain (Seraing), …

Plan wallon (110 millions € !)

Pour autant, Pissart ne dédaigne pas :

  • aménagements publics (place Ovide > Nandrin)

  • urbanisations (Welkenraedt, Les Waleffes > Faimes)

  • reconditionnements divers

Si les travaux subsidiables à 75% sont éligibles, l’outil sportif rochois en fait partie. L’exécutif wallon a en effet commandé un cadastre de ses piscines publiques, pour lancer ensuite un « Plan piscines » et appels à projets s’y référant (les intéressées avaient jusqu’à ce 1er mars dernier).

Doté d’une enveloppe de… 110 millions €, ce plan permet de rénover les vieux équipements décatis éligibles d’ici 2020. Parmi les lignes directrices, deux critères principaux :

  • études et travaux liés aux systèmes de chauffage, ventilation, production d’eau chaude et d’économie d’énergies

  • audit préalable d’accessibilité aux PMR ; réalisé, pour La Roche, par l’auditeur agréé Atingo

L’effort sera peut-être mutualisé. Les Ardennaises Manhay, Tenneville et Rendeux verraient bien leurs ouailles respectives barboter dans le nouvel outil émargeant au plan piscines wallon épousant la stratégie Europe 2020 basée sur les réductions d’énergies.

© Bureau d’architecture Pissart