Des sorts bien différents…

 
FA_Eurostadion-Jaspers-Eyers1.jpg

Bâti par le bureau d’architecture Populous, le Fitch Stadium de Sotchi en Russie s’échauffe les crampons pour Coupe et Mondial 2018. A Bruxelles, l’Eurostadion n’en finit plus, lui, de s’enliser…

Même méridien que Nice

Les toutes dernières sorties qualificative et amicale des Diables rouges ont été calamiteuses. Après les Grecs (1-1, à l’arraché), les Belges viennent de se frotter aux Russes au Fitch Stadium de Sotchi dessiné par le bureau britannique Populous (stade olympique de Londres 2012), au pied des contreforts du Caucase. La ‘remontada’ russe (3-3, pourtant menée 1-3 par la Belgique après 45’) a illustré, une énième fois, la face fantasque de notre ‘golden generation’ incapable de performer en compétition internationale. Sur la mer Noire, la cité balnéaire de Sotchi – 350.000 habitants ; 4 millions de vacanciers l’été – a vibré lors de cette toute première visite de la sélection russe au sein de l’enceinte à l’architecture en forme de sommet enneigé.

En juin 2018, ce stade sera l’une des onze enceintes à accueillir le Mondial de foot décroché par la Russie. Rénové à grands frais pour les JO d’hiver 2014 voulus par Poutine – les plus chers de l’histoire des Jeux (illustré par le doc « Quand Poutine fait ses jeux » d’Alexander Gentelev) –, le stade de Sotchi a coûté 700 millions €. Loin d’être un de ces éléphants blancs – ces équipements olympiques voués à l’oubli après 3 semaines de compétitions –, l’enceinte bâtie sur un sol marécageux asséché servira de répétition générale au Mondial 2018 dès cet été à l’occasion de la Coupe des Confédérations.

A Bruxelles…

On ne peut pas en dire autant du futur (ex- ?) Eurostadion (échos des 1/4, 1/6 et 28/11/2016 > FA web) imaginé sur le parking C du Heysel par Jaspers-Eyers & Partners et ses promoteurs Ghelamco-BAM. Avec 12 homologues européens, le nouveau premier stade du pays estimé à 500 millions € doit accueillir la compétition Euro 2020. Promis en principe à la démolition, l’ancien stade roi Baudouin, lui, ne saurait constituer un plan B :

  • plus aucun de ses sièges n’est homologué UEFA

  • sa capacité est inférieure aux 50.000 places requises

  • le coût de sa rénovation oscillerait entre… 300 et 400 millions €

  • le timing 2020 serait intenable

 

En cette fin mars, on apprend que l’exécutif flamand refuse de vendre les parcelles en sa possession et nécessaires à l’infrastructure comprenant également une rotonde voisine tertiaire et des parkings. Observateurs et presse flamande, dont De Morgen en tête, n’y vont plus par quatre chemins et le tiennent désormais pour acquis : à livrer pour la mi-2018, l’enceinte belge dont la première pierre n’a pas encore été posée devrait rester « à l’état de maquette. ».

© Populous ; Jaspers-Eyers & partners