Domicilié au Paradis…

 
FA_Piscine-Paradis-Braine-lAlleud1.jpg

Braine-l’Alleud est la commune la plus peuplée du BW. Et, en sus, malgré ses 8 .000 étudiants la ralliant au quotidien, l’entité est pourtant privée de piscine publique. Cette anomalie appartiendra bientôt au passé…

Le Brabant wallon ne compte qu’une demi-dizaine de piscines publiques pour l’ensemble de ses quelque 400.000 habitants… Si celle de Nivelles, ultra-modernisée (vidéo & photos 360° > site VA), vient tout juste de rouvrir ses couloirs et cuve au parc de la Dodaine, Braine-l’Alleud devra encore patienter jusqu’à la… mi-2020. Son ancien outil nautique Le Neptune, appartenant à la Province, a en effet dû définitivement fermer ses portes en 2007. Entre bas du cœur de ville et nouveau quartier de l’Alliance, l’entité possède une zone humide de 5 ha, le site du Paradis. Là, dans la pente de Piraumont, s’érigera bientôt un centre aquatique flambant neuf à… 12,5 millions € HTVA, avec terrasse et panoromique.

« Nous sommes sortis du carcan des PPP, explique Henri Detandt, ingénieur constructions de formation et actuel échevin des travaux brainois. Une première tentative a avorté (concours d’architecture de 2015 auquel participèrent vainement des bureaux comme A.D.E. Architects, Altiplan+Syntaxe, … NdlR). Une des leçons tirées, c’est que nous sommes maître d’ouvrage et qu’on décrit ce qu’on veut en termes de fonctionnalités. Nous avons alors lancé un appel d’offres pour la réalisation à la fois architecturale et d’ingénierie de la nouvelle piscine sur toute la durée de vie du projet. » Sur les 7 candidats qui ont relevé le gant - dont 3 groupes français spécialisés -, un tirait son épingle du jeu « de très loin » : l’association momentanée belge Artabel/bureau Pirnay (ingénierie).

Pas de Walibi 2

Auparavant, les architectes communaux ont réalisé un plan masse fixant les hauteurs maximales et donnant tout l’environnement. Avec une façade nord aveugle, le bâtiment doit s’inscrire dans un terrain en pente débouchant sur le site récréatif et les étangs du Paradis où se jette l’Hain. Artabel/Pirnay a livré des épures à l’architecture très sobre, utilisant principalement du verre. Le bâtiment passif est à toiture hélicoïdale plate, végétalisée, s’inscrivant dans le paysage. Soumis au fonctionnaire-délégué, l’avant-projet n’a suscité « aucune objection majeure. »

Permis en poche, avis de marché et appel d’offres pour réaliser les travaux viennent d’être lancés, début de l’été. Les enveloppes seront ouvertes fin octobre. Des excavations sont en cours pour les impétrants et la réalisation d’un giratoire (SPW) côté Piraumont. Le futur centre jouera les cartes simultanées du scolaire, des sports et de tous les handicaps. « Notre vocation n’est pas d’ouvrir un Walibi 2 » Côté ingénierie, la solution d’un pont mobile a été retenue pour offrir simultanément trois parties de bassin à des hauteurs et utilisateurs divers : activités scolaires, sportives (plongée, nage synchronisée) mais également une configuration 35 x 21 m pour la pratique du water-polo, avec une profondeur réglée de 1,8 m. Les travaux sont prévus pour février-mars 2018, « avec 2 ans d’exécution. »

© Braine-l’Alleud/Dpt travaux


 
ProjetLionel LhoirActu, Follow