Enceinte transformiste

 
Stade-Pierre-mauroy-Lille1.jpg

Quasi toute la Belgique se sera prise de passion pour le tennis masculin depuis les extraordinaires exploits récents et inédits de Goffin, désormais 9e joueur mondial au classement ATP. Joué à Lille, le dernier épisode en date – la coupe Davis opposant la France et notre pays – a supposé au préalable un incroyable exercice de transformisme du stade Mauroy conçu par Valode & Pistre pour l’Euro 2016. Arrêt sur images.   

Parmi les dix stades spécialement construits ou rénovés (écho du 23/5/2016 > FA web) pour la grand-messe européenne du ballon rond organisée à l’été 2016 chez nos voisins hexagonaux, Lille a hérité d’une nouvelle enceinte aux architectures et techniques de construction inédites. Installé en banlieue à Villeneuve d’Ascq face au campus Lille I (écho du 9/2 > FA web), le ‘stade’ Pierre Mauroy est en réalité d’abord une salle de spectacles polyvalente. Grâce au joujou paré de toutes les innovations high tech dernier cri, on peut ainsi transformer en 24h le temple sportif en salle de spectacle, de concerts ou lieu de réunion collectif derrière les 12.000 tubes en polycarbonate composant sa façade extérieure signée par Valode & Pistre et l’atelier Ferret

A 324 millions €, le stade Mauroy figure parmi les dix enceintes les plus chères et modernes de la… planète. Son locataire à la semaine est le club de football Losc. Mais le joyau abritant ses entraînements et matchs à domicile est plus que cela, multifonctionnel et -métiers. Inauguré en 2012, le Grand Stade a été baptisé du nom de feu l’ex-maire de la ville (1973-2001 ; ancien premier Ministre également) et offre 51.000 places en version stade de foot. Dans une version spatiale plus modeste, il peut être modulé pour accueillir également d’autres compétitions : rugby, handball, basket, sports mécaniques. Et aussi le tennis, comme l’a donc démontré la dernière coupe Davis jouée en cette fin novembre à 100 km de notre capitale.

Boîte spectacle

Concrètement, la Boîte à spectacles (sa transformation ici, vidéo corporate Ferret ; 0’55’’) se cache sous une demi-pelouse du stade du Losc. On peut la faire sortir de fosse en quelque 24h à l’aide de gigantesques vérins. On y trouve notamment un court de tennis et un complément de tribunes événementielles. Grâce à ce système, 4.200 tonnes de pelouse se soulèvent de 5,6 mètres en… 75 minutes. Arrivée à hauteur voulue, la parcelle coulisse et est superposée sur l’autre moitié, inamovible. Un système de soufflerie-luminothérapie empêche la dégradation des deux niveaux de gazon empilés et ensuite calfeutrés. La boîte à spectacle peut être muée en arène de tennis offrant 27.500 places, capacité record pour ce sport.

Il faut y installer également chauffage, éclairages, son et 27 km de câbles, le tout sous un toit disposé à 40 m du sol et composé d’éléments coulissants sur deux poutres (écho du 20/7/2016 > FA web). Dans une telle enceinte, la t° est en effet délicate à gérer. Un chauffage événementiel souffle bien sur la partie basse du stade pour garantir 22°C aux joueurs, mais il est insuffisant pour atteindre les étages supérieurs. Le reste est laissé à température ambiante, mais à l'abri du vent et de la météo extérieure. Conçu en Allemagne et en résine peinte (Rebound Ace) sur parquet, le court tennistique a été posé en… une seule nuit. Joints et rainures sont rendus invisibles entre les plaques assemblées. Après la coupe disputée, les lieux redeviennent un stade de foot prêt pour le prochain match en… 48h.

©  Ph. G. ; RouteurNews


 
ProjetMarieChActu, travel