Faire face au ‘papy-boom’

 
FA_papy-boom1.jpg

Enfin du neuf côté nouvelles maisons de repos. Sans attendre le vieillissement certain de sa population, le gouvernement wallon vient tout juste de libérer 187 millions € pour construire ou reconditionner 677 places d’ici 2020. Le secteur de l’architecture peut se frotter les mains: le moratoire en cours est sur le billot…

On comptera le double d’octogénaires et plus en 2050. L’exécutif wallon vient de saisir le taureau par les cornes, en accouchant d’un plan ‘papy boom’. Pour l’essentiel, celui-ci enterre le moratoire actuel gelant la création du moindre lit ‘gériatrie’, en rebattant officiellement les cartes à la date du 1er janvier 2019. En outre, il verse au pot 187 millions € échelonnés d’ici 2020, pour débloquer l’intégralité des projets de construction en maisons de repos et MRS. Soit 667 places en cours d’instruction au cabinet Prévot (Action sociale).

Conséquence ? Le secteur de l’architecture peut se frotter les mains. La voie est libre pour toute une série de nouvelles implantations ou de reconditionnements disposant désormais d’un financement assuré. Ainsi la province de Namur a reçu une belle part du gâteau avec 44,5 millions €, soit le quart de l’enveloppe disponible. Rondelette, celle-ci concerne 8 institutions dans le Namurois couvrant public, associatif et privé. De Namur-ville et St-Servais, Gembloux, Bièvre, Florennes, Couvin, Yvoir à Eghezée.

Temploux hors plan

A la sortie du village de Temploux, le home St-Joseph appartenant au CPAS de Namur (5 établissements publics) n’est pas du nombre car il a pris… les devants. Géré naguère par des sœurs et depuis 1990 par le CPAS, l’établissement est sous le coup d’un nouvel agrandissement conçu par l’A.M. des bureau bruxellois Baneton-Garrino (Bourse Bruxelles, ‘tours’ bois CLT Montignies-sur-Sambre, …) et Piron Architectes (e.a. MRS à Jamioulx et Gosselies). Pour faire face aux (nouvelles) normes d’hébergement 2010, le lieu avait déjà fait l’objet d’un premier agrandissement: une aile perpendiculaire pour totaliser 92 lits sur 3 étages, au dernier sécurisé pour héberger les désorientés. L’extension en cours le long de la chaussée de Nivelles surgira d’ici le printemps 2018 juste à côté de la partie ‘historique’ – dont la chapelle – à rénover et désamianter (6nergie, Fleurus) avec permis d’environnement accordé mi-janvier dernier.

Derrière les façades, Baneton-Garrino et cie ont dessiné 14 chambres supplémentaires en rez+2, de nouveaux espaces communs, un restaurant et une résidence-services (19 logements). A 4,3 millions € dont une partie subsidiée par le SPW, manquant d’unité, l’ensemble de naguère et de demain sera harmonisé par un bardage bois sobre et contemporain couvrant l’entièreté de la façade avant. Hors plan ‘papy-boom’, le CPAS de Namur avait déjà décidé in tempore non suspecto d’harmoniser et d’équilibrer la capacité de son portefeuille de maisons autour de 100 lits chacune, dont plus de la moitié agréée soins. Dans notre numéro de fin d’année (parution 27/11), Focus Archi consacrera un dossier spécial à l’architecture du 3e âge.

© Ph. G. ; Baneton-Garrino/Piron