Fausses torpeurs estivales

 
FOCUS-casino-resort-Namur.jpg

L’été, synonyme d’il ne se passe rien? Rien de plus faux. La preuve par Namur, où la rentrée sera encore plus chaude que cet été aux canicules répétées. A commencer par la superstructure cyclo-piétonne (l’Enjambée) en cours d’installation pour relier Namur et Jambes, l’Elysette et le Parlement. Mais d’autres dossiers, du lourd, ont bien progressé aussi.

Namur et Jambes ne sont plus des villes séparées. Désormais, la liaison douce (piétons, cyclistes) à plancher en bois exotique baptisée l’Enjambée relie l’Elysette – siège de l’exécutif wallon – et le parlement comme les deux centres-villes séparés jusqu’ici par le large ruban mosan. Conçue par le bureau liégeois spécialisé Greisch, elle le fait en outre à un endroit symbolique: le Grognon, à la confluence de la Meuse et de la Sambre, siège du futur téléport namurois (écho du 9/2/2018 > FA web). S’il faudra attendre décembre prochain pour l’utiliser, arc d’acier à 250 tonnes, points d’ancrage à souder, sabots et reports de charges ont été installés ou réalisés début août mi-août, opération pilotée par le SPW Infrastructures, gestionnaire du chantier.

Côté dalle ferroviaire intermodale (Ney & Partners + Eurogare), cela bouge également. Au nord est du faisceau (porte Nivelles-Bruxelles), le chancre Avis au désamiantage en cours doit faire place à 6.000 m2 tertiaires (écho du 29/3/2018 > FA web) sur 9 étages dessinés par le bureau d’architectes Emmanuel Bouffioux (BAEB ; reconversion abattoirs Bomel). Le permis d’urbanisme a été délivré en mai dernier. On en connaît désormais l’occupant. Il s’agit de Belfius. La banque belge à capitaux largement publics – avant la future entrée du privé décidée par le dernier conclave budgétaire de l’exécutif Michel I – y regroupera ses services actuellement dispersés dans la capitale wallonne. Vraisemblablement en 2021.

Hôtel, casino et Flagey wallon 

Ce n’est pas tout. En quinconce, de l’autre côté des voies et l’ancienne poste promise (écho du 21/3/2017 > FA web) à 12.000 m2 de bureaux signés Jaspers-Eyers & partners, la SNCB vient de se défaire du terrain en forme de courgette, Aux mains du promoteur Baltisse (St-Denijs-Westrem, banlieue gantoise), on y parle désormais d’un hôtel de 100 chambres, à côté de la nouvelle gare intermodale. La Région wallonne vient également d’accorder un permis unique visant à transformer le Casino aux 220.000 clients annuels en resort (bureau d’architecture Henri Garcia) avec espace fitness-balnéo, salles de séminaires et de spectacles, capacité hôtelière doublée et d’autres aménagements plus mineurs. Le chantier à 20 millions € débutera à l’automne.

Côté téléphérique, métro de demain, une nouvelle étape vient aussi d’être franchie. Début juillet, la future superstructure (Contraste Architecture) vient d’être dotée d’un certificat du patrimoine, pour «respecter la dimension patrimoniale et archéologique du site» de la citadelleIl s’agit d’y implanter 8 pylônes et 2 stations. Le permis est attendu pour début 2019. Enfin, dessinant avec d’autres l’axe culturel dans le quartier des Casernes proche, le Flagey wallon (Conservatoire + centre d’art vocal; écho du 18/6/2018 > FA web) prend ses marques dans un Grand Manège à complètement revoir, mue signée par le cabinet PHD. Le lieu grand public sera décloisonné pour ne pas être réservé aux seules élites appréciant la musique classique. Un premier projet autour de la musique africaine sera amorcé avec le Musée africain occupant le corps de garde préservé devant le futur nouveau palais de justice namurois d’AAO et DDS+.

© Greisch (Enjambée); BAEB (îlot Combattants); Contraste Architecture (téléphérique); bureau Henri Garcia (casino resort)

Par Philippe Golard

FOCUS-Enjambee-Namur.jpg
FOCUS-LEnjambee-Namur.jpg
FOCUS_Namur-gareMeuse.jpg

 
projetsLionel LhoirActu