Guerre des sièges

 
siege1.jpg

Nos chaînes publiques sont agitées de turbulences ces derniers mois-années. Outre leurs plans de dégraissage successifs, la question d’actualité est surtout d’ordre immobilier. La métamorphose des outils et plateformes de production s’impose ; le changement de siège central aussi, aux coûts faramineux. Façon verre à moitié rempli, cela constitue un fameux challenge architectural. La VRT a tranché : DierendonckBlancke-Robbrecht&Daem se co-chargeront du nouveau ‘Flemish Broadcasting building’ (radios et télés).

A l’issue d’un concours international aux 66 projets rentrés et 5 retenus (short list), l’équipe élue le 7/1 dernier sera composée uniquement de Gantois : Dierendonckblancke architecten et Robbrecht & Daem (musée Boijmans-Van Beuningen/Rotterdam, Whitechapel/Londres, Concertgebouw/Bruges) ; pour le show slide de ‘Reyers 2020’, cliquez ici. Le bureau bruxellois Bas Smets s’occupera lui de l’architecture paysagère. L’association momentanée s’occupera du nouveau nid douillet à la fois des radios et des diverses télévisions (Een, Canvas, Ketnet, …). Un moment envisagé d’être délocalisé à Malines ou Vilvorde, le vaisseau restera finalement solidement amarré au boulevard Reyers (Schaerbeek-Bruxelles), au voisinage immédiat des consœurs francophones. Le CA de ces dernières doit d’ailleurs procéder à la même opération au financement pharaonique : on évoque régulièrement des sommes entre 150 et 200 millions € ! Plus question en effet d’une rénovation des sièges des années 60 jusqu’ici partagés par ex-RTB et –BRT sur 189.000 m2. La VRT a tranché : on rase tout, pour construire du neuf, plus compact (55.000 m2 ; 41.000 m2 côté RTBF) à l’arrière d’un site qui potentiellement peut accueillir 425 à 450.000 m2 de nouvelles constructions (logements, commerces, équipements collectifs) selon le schéma directeur ‘Reyers’. Les architectes ‘VRT’ sont aussi sortis du bois : «Nous ne partons pas à la recherche du spectaculaire ou du grand geste»*, précise-t-on ainsi chez Dierendonckblancke. «En première instance, nos constructions doivent répondre à la demande du client (…) En commandes publiques ou grands projets, quand tu remportes un concours, le maître d’ouvrage a clairement fait le choix de ton projet. Un architecte se sent alors plus fort : on peut davantage imprimer sa marque.» Le top départ des travaux devra intervenir en 2018, la livraison en 2020.

Animation sur http://dierendonckblancke.eu/wp-content/uploads/2015/12/testgifVRT4zw.gif ; un  film de 29’19’’ sur ‘Reyers 2020’ est actuellement diffusé par Canvas online : cliquez ici (en nl)

*Dans une interview accordée à Cult., supplément week-end daté du 30/012016 du Morgen, pp. 22-24

 Crédit photo : © AM Dierendonckblancke & Robbrecht&Daem