Melting-pot sectoriel

 
FA_Occitanie-Tower-Daniel-Libeskind.jpg

Les bonnes nouvelles se succèdent en architecture. Sur le Vieux Continent, la discipline a le vent en poupe : voici quelques actus majeures du moment…

De Paris à Dubaï (et Ouagadougou !)

Grâce à l’architecte US Daniel Libeskind (Centre Congrès voisin > gare Calatrava, Mons ; masterplan Ground Zero NY, …), Toulouse tutoie le ciel avec l’Occitanie Tower (150 m) en partie végétalisée d’ici 2022 (vidéo ici ; 1’37’’). Plus haut sur la… carte, à Paris, une équipe-franco-norvégienne va s’occuper du sort du musée national de la Marine. Pour ce bel objet patrimonial suranné, les lauréats du concours lancé en octobre 2016 Snøhetta (Oslo-NY) et H2O architectes (Paris) envisagent de dépenser 50 millions € d’ici l’automne 2021. Question de muer l’institution en grand lieu de la mer européen du XXIe siècle. Le groupe belge de construction Besix se pose, lui, à quai plutôt au Moyen Orient.

Après Burj Khalifa (826 m, E.A.U.) avec Samsung, nos tricolores vont en effet s’occuper des radiers et fondations de la future plus grande tour du monde du moment, la Dubaï Creek Harbor (Emaar properties). A construire d’ici 2020, clou de l’Exposition universelle, ce gratte-ciel dépassera le km. Retour sur le plancher des vaches avec Architecture-Studio. En association momentanée avec quatre autres bureaux, l’agence parisienne (cathédrale de Créteil > Focus Archi n°7, pp. 16-17) s’ancre en Afrique subsaharienne. L’équipe lauréate franco-africaine vient de remporter le concours international d’architecture pour la réalisation de la ville nouvelle de Yennenga à Ouagadougou, capitale et plus grande ville du Burkina Faso.

Qu’en faire ?

Côté purement belge, Caterpillar polarise tous les regards en cette fin mars avec l’annonce officielle du rachat du site (93 ha) selon Caterpillar.com dans un communiqué laconique publié sur son site. Par le biais de la Sogepa (acteur public de redéploiement), la Région wallonne ne mettra sur la table … qu’1 € symbolique au 30 juin 2018 pour acquérir site, installations et atouts ! Outre le fait d’avoir été longtemps le premier employeur privé wallon pendant longtemps, Charleroi Gosselies constitue aussi un trésor immobilier à l’entrée de l’Aéropole et de Brussels South Airport. Avec, en magasin, 3 énormes halls industriels, 2 gigantesques bâtiments administratifs et d’immenses parkings.

Qu’en faire ? Ce rachat doit être mis en rapport avec le très récent « plan Catch 2025 » livré par Jean-Pierre Hansen, l’ancien boss d’Electrabel-Belgique, et Thomas Dermine (ex-Mc Kinsey). Ce masterplan accélérateur de croissance - où les architectes auront nombre d’appels à projets sur la planche - vise le renouveau socio-économique du bassin carolo. Soit 10.000 emplois à la clé et du dur à concevoir-dessiner côté aménagement du territoire : sièges sociaux, complexes logistiques, advanced manufacturing (secteurs techs), axe santé-biopharma (biopark, écosystème GHdC (écho du 22/2 dernier > FA web) signé VK Architects & Engineers + Bureau A, …) et hub digital-numérique.

© Daniel Libeskind Studio ; A.-S. ; Emaar properties ; Snøhetta-H2O