Nouveau vaisseau atlantiste investi

 
FA_OTAN-QG-1-copyright-La-Defense.jpg

Depuis le premier jour du printemps et pendant douze semaines, l’OTAN change de siège dans le nord-est bruxellois. Ses délégations, fonctionnaires, agences, diplomates, attachés militaires et état-major des 29 pays membres n’ont qu’un… boulevard à traverser, pour intégrer le temple conçu par Assar Architects et les Américains de SOM.

Le printemps a sonné la saison des grandes migrations au sein du Q.-G. de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (NATO North Atlantic Treaty Organization-OTAN) installé à Bruxelles-Evere depuis 1967 (écho du 4/11/2017 > FA web). Il s’agit de la plus puissante alliance militaire au monde, créée pour gérer avec sang froid les aléas de la Guerre froide opposant Occident et bloc de l’Est. Après Paris, son siège a été accueilli dans la capitale belge – pour l’essentiel, dans des préfabriqués installés à la hâte et aujourd’hui obsolètes –, conséquence de la décision unilatérale du général De Gaulle de faire militairement cavalier seul. Le site de l’ancienne base d’aviation Haren-Evere (avant Zaventem) a alors été préféré aux réserves foncières de l’Hôpital militaire reine Astrid (NOH, Bruxelles-Ville), surdimensionné.

  A front de boulevard Léopold III menant à l’aéroport de Bruxelles National, de l’autre côté de cette ex-base transformée en siège OTAN depuis un peu plus de quatre décennies, les huiles et hauts galonnés ont jeté leur dévolu sur 49 ha pour bâtir un nouveau quartier-général correspondant aux besoins du nouveau millénaire. Le concours international d’architecture a élu l’association momentanée d’Assar Architects et du géant américano-britannique SOM (Skidmore, Owings & Merrill). A l’automne 2010, sur appel d’offres international, un consortium belgo-néerlandais lançait les travaux titanesques pour 1,17 milliard € dont 75% pour les constructions. Quelque 254.000 m2 étaient à ériger; ils ont été livrés fin mai 2017.

Pharaonique

Mariant verre, alu et béton, les 12 bâtiments-ailes du navire-amiral ultra-sécurisé rez+6 et grand comme 25 terrains de foot (virtual tour ici) ont été arrimés à un immense atrium central, symbolisant l’Alliance atlantique par des doigts s’entrecroisant. Le nouveau siège abritera délégations nationales, secrétariat civil de l’Alliance, agences et état-major militaire international. Soit 4.300 fonctionnaires, diplomates, agents, contractuels civils, attachés militaires, gradés y travaillant de manière permanente. Par vagues successives, ceux-ci vont y emménager jusqu’en mai prochain, avec armes et bagages. Ce branle-bas de combat précède le tout premier sommet Otan se tenant à Bruxelles-nouveau siège prévu les 11 et 12 juillet prochains.

Chaque année, deux réunions y rassemblent en effet chefs d’Etat et de gouvernement des 29 pays membres; ils étaient 15 à l’origine, lorsque l’Alliance fut portée sur les fonts baptismaux. Le nouveau siège accueille déjà «quelques centaines» de personnes. Le new Nato headquarters devrait être complètement opérationnel à la mi-juin, un mois avant le sommet déjà évoqué entre dirigeants alliés. Offrant 10.000 emplois ‘dérivés’, le nouveau site possède aussi ses propres restaurants, banque, boutiques, installations sportives, piscine et infrastructures de loisirs, notamment un centre de vacances pour les enfants des personnels autorisés. On ne connaît pas encore le sort futur de l’ancien site, adossé à l’arrière au Q.G. de l’armée belge quartier reine Elisabeth dont les 52 ha sont à cheval sur Evere et Woluwe.

©  Assar Architects/SOM


 
ProjetMarieChactu, city