Place aux… rats de bibliothèque

 
FA_Pole-Le-Phare-Andenne1.jpg

A Andenne, la dernière piscine Art Déco du pays va être muée en pôle multiculturel. Un peu à l’instar de sa sœur aînée de Roubaix, temple de sculptures couru…

Ricciotti itou

Mi-mars dernier, le permis a été accordé par la ville d’Andenne au projet spectaculaire visant à muer « Le Phare » (appelé ainsi en raison de sa hauteur et de sa façade convexe) en pôle multiculturel. Il s’agit de la dernière piscine Art déco du pays conçue par les architectes Marcel et Achille Simon, qui sera en travaux dès mai. Le lieu fait partie de l’ancienne école normale d’Andenne. Cette piscine de l’entre-deux-guerres y était intégrée. Des générations ont appris à y nager. En 2007, Andenne l’a acheté 606.000 € à la société publique d’administration des bâtiments scolaires de Namur (SPABS Namur ; Communauté française), avec désaffection du bien de son usage scolaire.

Un concours d’architecture a retenu quatre projets soumissionnaires pour cette métamorphose très XXIe siècle. Déjà auteur du préhistomuseum de Ramioul (> PDF DGo4 pp.13 et suivantes), l’atelier d’architecture AIUD s’est démarqué des autres. L’auteur de projet est en association avec la pointure internationale Rudy Ricciotti. Le Français a notamment signé le Mucem (Marseille) ou encore l’extension du Musée de la Boverie (Liège). Au rez, la piscine andennaise sera conservée dans ses ors (carrelages, colonnes, balcon-mezzanine). La future bibliothèque et son km de rayonnages y prendront également leurs quartiers, comme une antenne de l’Office du tourisme andennais. Seuls les petits vestiaires passeront à la trappe. Un plancher vitré sera placé sur la cuve, qui restera visible des visiteurs.

Partie d’un ensemble

Aux étages, deux musées nécessitant des mesures de conservation particulières à intégrer par le duo gagnant investiront les 1.200 m2 reconditionnés. Soit trois plateaux de 400 m entièrement modulables qui accueilleront le musée de la Céramique (collections pipes en terre, faïences fines, porcelaines, céramiques contemporaines) et les vestiges préhistoriques de Néandertal de la grotte Scladina (produits lithiques en silice et calcaire ; restes dentaires-osseux). Pour penser l’équipement de ces étages, une mission muséographique sera indépendamment adjugée à des bureaux d’études spécialisés. La toiture plate accueillera, elle, des décrochages (espaces extérieurs d’exposition) et un nouvel étage abritant une salle polyvalente et une terrasse-panorama avec vue imprenable sur la cité namuroise.

Cette revitalisation s’inscrit dans une programmation urbaine du centre-ville (4,5 ha) bien plus vaste : l’éco-quartier très basse énergie des Tilleuls (Art & Build + agence Frédéric Haesevoets) comprenant place publique, rue commerçante piétonne, bureaux, parking public enterré et quelque 3.000 logements nouveaux à créer en 15 ans, mêlant rénovations et constructions. Evaluée à quelque 10 millions €, la mue du Phare à caractère passif fait l’objet d’un marché public (publications > Bulletin des adjudications et Journal Officiel de l’Union européenne) à boucler d’ici fin décembre 2018. Cette opération est conjointement financée par les fonds européens Feder-FSE 2014-2020 et la Région wallonne.

© A&B-F.Haesevoets ; AIUD-Rudy Ricciotti