Tours Fortis et socle à terre

 
FA_Siege-BNP-Fortis-1.jpg

Au cœur de la capitale belge et européenne, le siège futuriste et durable de la banque BNP Paribas Fortis va bientôt « émerger ». Le mot est particulièrement bien choisi : à la place des deux tours noires emblématiques et socle rasés, un immense cratère campe pour le moment sur une partie de la Montagne du Parc…

Au lieu-dit ‘Montagne du Parc’, entre parc royal de Bruxelles, Bozar (Palais des Beaux-Arts ; Victor Horta) et la gare Centrale (idem), le cratère est gigantesque. Là, naguère s’élevait les deux tours noirs sur socle du siège central de Fortis devenu BNP Paribas Fortis dans la foulée de sa revente, conséquente à la crise des subprimes (2007). Socle et tours noirs caractéristiques des architectes fonctionnalistes Hugo Van Kuyck, Pierre Guillissen, Christian Housiaux et Jacques Boccard dataient de 1971. L’autodidacte Jules Wabbes s’est occupé de meubler l’intérieur.

L’an dernier, le tout est passé à la trappe, pour accueillir d’ici fin 2021 le nouveau siège de la banque systémique rebaptisée, créée en 1822. C’était un des bâtiments emblématiques du centre de Bruxelles, à quelques pas de deux œuvres majeures de l’architecte art nouveau Horta, du Palais royal et des divers Parlements voisins. Signé par Baumschlager Eberle Architekten (groupe be ; lead architect) et nv Styfhals & partners (local partner), le nouveau quartier-général offrira une meilleure gestion des coûts d’exploitation, une utilisation optimale des volumes et surfaces, et centralisera davantage de services.

De la pierre plutôt

En étroite collaboration avec le bouwmeester bruxellois et Bruxelles-ville, le banquier autrefois belgo-néerlandais et passé désormais sous pavillon français a lancé un concours d’architecture en 2013. Au final, 25 bureaux ont participé. Une short-list de 7 a été arrêtée. Puis BNP Paribas Fortis s’est prononcé pour le groupe autrichien be flanqué de son partenaire local. Depuis, le personnel a été déployé sur d’autres sites en attendant la fin des travaux qui prendront, au total, une demi-décennie. Le concept retenu n’est pas un xième volume de verre.

En réalité, avec 300 colonnes de formes différentes, béton préfab’ blanc et agrégats de gravier vert irisé s’imposeront pour imprimer une forme organique en façades extérieures désormais d’un seul tenant. (Survolez ici le futur siège sur la vidéo corporate ; 1’19’) Elles assurent également la totalité de la structure portante du bâtiment. Seules les fondations existantes du bâtiment ont été conservées pour le nouveau siège à venir. Pour donner l’impression d’étendre le parc voisin, la toiture sera totalement végétalisée. Un accès direct sera établi avec la gare centrale proche. Une esplanade va être aménagée entre le bâtiment et Bozar voisin. Et la cour centrale intérieure sera accessible au public durant la journée. Coût du mastodonte ? Entre 170 et 180 millions € hors TVA.

© BNP Paribas Fortis/groupe Baumschlager Eberlee + Styfhals & partners