Un squelette au cœur de NY ?

 
new-york1.jpg

L’œil rivé sur l’élection de novembre prochain, les Etats-Unis ne se cherchent pas seulement un nouveau président. Ils pansent aussi leurs plaies d’un certain 11 septembre, aux chevilles d’un Ground Zero rebâti, là où s’élevaient naguère les WTC Twin Towers avant le double attentat venu des airs, particulièrement meurtrier. En ce début mars, l’architecte espagnol Santiago Calatrava y livrait une partie de sa gare-monument, déjà passablement controversée…

Est-ce un oiseau prêt à décoller comme l’a voulu le concepteur espagnol (slide show ici) ou plutôt une infrastructure type squelette de dinosaure, comme se gausse déjà une partie des conversations bruissant dans Big Apple ? Près de 7 ans de retard et un coût double par rapport à l’enveloppe de départ… Nul doute, Calatrava sait y faire pour entretenir sa réputation sulfureuse. L’architecte de e.a Liège-Guillemins et de la future gare-passerelle de Mons également bâtie plutôt à un train de sénateur (voir Focus Archi 8, pp. 18-19) vient de livrer ce qui apparaît comme la plus chère gare au monde à Manhattan, face au Mémorial du ‘nine eleven’. Remplaçant son homologue sis sous les tours soufflées, à quelques pâtés de gratte-ciel de Wall Street, le hub enterré surplombé d’une gare-monument en forme d’oiseau dessert 11 lignes de métro connectées à cet endroit avec le train de et vers New Jersey, sur l’autre rive du fleuve Hudson. A 21h ce jeudi 3 (15h, heure locale), l’outil sera pour partie opérationnel et ouvert au public new-yorkais. La gare n’est pas en effet totalement fonctionnelle, notamment dans sa partie nord-est. Selon l’agence AFP, un événement officiel est prévu à l’ouverture de cette issue, «au début du printemps» lui a indiqué une porte-parole du bureau Calatrava. En vitesse de croisière, 200.000 voyageurs y transiteront. Du Calatrava pur jus : les jours précédents, on s’affairait encore sur les escalators et la pose de quelques panneaux de recouvrement au-dessus du hall, bâtiment emblématique de ce nœud ferroviaire, baptisé du doux nom d’Oculus. De la grandeur d’un stade de foot, les lieux affichent une forêt de piliers de cathédrale rejoignant le faîte du bâtiment, des finitions en marbre et une lumière zénithale. Le tout pour 3,85 milliards € contre 1,8 prévu au départ (2003-4). La gare abrite aussi un vaste temple commercial de quelque 34 000 m2 (Westfield) incluant boutiques et restaurants. Ils ouvriront leurs portes à la fin de cet été.

* CP du Port Authority of New York & New Jersey (maître d’ouvrage): cliquez ici * Suivez les progrès des divers chantiers sur Ground Zero via la page FB de l’organisme gouvernemental

Crédit photo ©PANYNJ