Verticales galopantes

 
FA_Shanghai-Tower.jpg

Depuis les pyramides d’Egypte, l’homme veut se rapprocher du ciel : bâtir toujours plus haut, plus fort, plus vertical. La stratosphère en vue ? Au Japon, X-seed 4000 l’imagine…

Matériaux déterminants

Début XIXe, 2 % des gens vivaient en ville. D’ici 2050, les statisticiens envisagent 80 % de la population mondiale vivant en parfaits urbains. Désormais, Moyen Orient et Asie produisent… chaque jour plus de nouveaux gratte-ciel qu’en Amérique du Nord-Europe. On ne parle plus de super- (500 m) mais de méga-tours d’au moins 600 m de hauteur. Il y en existe 3 achevées dans le monde :

Durant quatre millénaires, les pyramides égyptiennes – dont Khéops, la plus haute – défièrent le ciel sur un modèle de construction qui a gardé la plupart de ses secrets. Mi-XIXe siècle, l’acier et l’invention cruciale de l’ascenseur (Elisha Graves Otis) permirent de gagner en élévation. Puis, Paris et l’organisation de l’Expo universelle de 1889 montrent la voie : plus de 300 m et 7.500 tonnes de poutrelles ajourées et rivetées. Affiné en acier, le fer en est alors le nouveau matériau noble par excellence, qui l’empêche de s’écraser sous elle-même. Reposant intentionnellement sur quatre piliers inclinés, la forme graphique de la tour Eiffel est la résultante calculée dans l’axe des piliers des efforts horizontaux des vents et verticaux du poids de la structur tout en légèreté.

Course ininterrompue

Coiffant momentanément au poteau Singapour, Taïwan, Shanghai et Kuala Lumpur, Burj Khalifa sera bientôt détrônée par la Kingdom Tower du bureau ASGG Architecture au km promis à Djeddah. L’édifice dubaïote de 500.000 tonnes est l’actuel défi réussi à l’entendement, aux lois de la nature et de la physique. Ainsi, des caméras fixées au sol et plancher des 54 ascenseurs permettent de surveiller l’intégrité de ce bâtiment conçu pour être capable d’osciller de 2 m sans dommages. Il a déjà encaissé un balancement enregistré de 60 cm lors d’une secousse sismique dans un pays voisin.

Dans ses 160 étages de bureaux et logements, 35.000 personnes y vivent et travaillent quotidiennement. Dans cette course ininterrompue vers la stratosphère, il n’y plus de limites technologiques. Et certains architectes s’en affranchissent déjà : au Japon, face au mont Fuji, le projet de tour X-seed 4000 (découvrez-la ici sur YouTube ; 1’33’’) de Taisei Corporation veut titiller les 4 km. La mégapole verticale futuriste est conçue pour s’enfouir dans les nuages : quelque 800 étages avec... 1,5 million d’habitants sur une base bâtie de 6,5 km. Pardieu.

© www.supertalls.fr ; Skidmore, Owings & Merrill ; Gensler ; group DAR ; ASGG Architecture